Formation en arts libéraux : les investissements publics et privés en valent la peine

25 mai 2016
Nouvelles
Dawn Russell, rectrice, St-Thomas Unviersity.

Cet article d’opinion a paru dans le Daily Gleaner le 25 mai 2016

Par Dawn Russell, administratrice du conseil d’administration d’Universités Canada et rectrice de la St. Thomas University

Lors de la collation des grades du printemps, la rectrice de la St. Thomas University, Dawn Russell, s’est adressée aux 395 diplômés présents à propos de leur avenir. Voici une version modifiée de ses propos.

Dans Alice aux pays des merveilles, Alice demande au chat du Cheshire : « Voudriez-vous me dire, s’il vous plaît, quel chemin je dois prendre pour m’en aller d’ici? »

Je présume que beaucoup d’entre vous s’interrogent sur le chemin qu’ils doivent emprunter. La réponse du chat est à la fois simple et sibylline : « Cela dépend beaucoup de l’endroit où tu veux aller. »

Il est normal de s’interroger sur son avenir, mais n’attendez pas que quelqu’un d’autre en décide à votre place: forgez-le vous-même. Déterminez seuls le chemin que vous emprunterez. Vous le pouvez, car vous disposez désormais d’une formation de calibre mondial, des compétences et du savoir nécessaires.

En tant que rectrice, et en tant que professeure pendant plus de 25 ans, mon plus grand plaisir a toujours été d’assister à la collation des grades. La qualité de nos diplômés me remplit chaque fois d’espoir en l’avenir.

La St. Thomas University est réputée pour former des citoyens éclairés, et engagés auprès de leur collectivité. Une étude canadienne sur les diplômés a d’ailleurs montré que ses diplômés sont nettement plus engagés que ceux des autres établissements, que ce soit sur le plan citoyen ou au profit de causes comme la protection de l’environnement et la diversité sociale. Ils sont également plus enclins à soutenir les causes communautaires, et à œuvrer pour la justice sociale et les droits de la personne.

Le passage par la St. Thomas University est vraiment un atout.

Les diplômés de la St. Thomas University sont de ceux qui savent le mieux se faire entendre au Canada. Dans le cadre du volet « Students Speak Out » du classement des universités canadiennes établi par le magazine Maclean’s, la St. Thomas University occupe le premier rang en matière d’apport de capacités de rédaction, le deuxième en matière d’apport d’esprit critique, et le cinquième par la proportion de professeurs connaissant le nom de leurs étudiants. C’est ce qui a conduit le premier ministre Gallant à qualifier la St. Thomas University de « super petite université » dans une allocution devant le Toronto Club.

La collation des grades marque le début d’un nouveau chapitre de votre vie. C’est l’occasion de célébrer votre parcours, mais aussi de réfléchir à votre avenir.

Or, j’ai de bonnes nouvelles à ce sujet.

En moyenne, le taux d’emploi des diplômés en sciences humaines est comparable à celui des diplômés d’autres disciplines. En 2008, le taux d’emploi des diplômés en génie, en sciences de la santé et en sciences humaines étaient respectivement de 95, de 94 et de 91 pour cent.

Selon une récente étude de la Commission de l’enseignement supérieur des Provinces maritimes (CESPM), cinq ans après l’obtention de leur diplôme, 95 pour cent des diplômés en sciences humaines occupent un emploi; 92 pour cent d’entre eux en sont satisfaits et gagnent en moyenne presque deux fois plus que deux ans auparavant.

Lors d’une rencontre récente entre recteurs d’universités canadiennes, l’ancien conseiller en matière d’éducation postsecondaire de la Banque mondiale, Jamil Salmi, a parlé des compétences nécessaires pour intégrer le marché du travail actuel, un peu partout dans le monde : il faut savoir communiquer efficacement, verbalement et par écrit, faire preuve de pensée critique et de raisonnement analytique, savoir analyser et résoudre des problèmes complexes, et être en mesure de comprendre les choses pour prendre des décisions conformes à l’éthique. Les employeurs sont de plus en plus à la recherche d’employés ouverts sur le monde et cultivés.

Toutes ces compétences, votre formation en arts libéraux vous les a apportées. Les investissements privés et publics dans la formation en arts libéraux en valent la peine. Cette formation produit des citoyens engagés, et contribue au perfectionnement de la main-d’œuvre et au renforcement de la société.

Comme les 17 000 diplômés de la St. Thomas University qui vous ont précédés, vous tracerez votre chemin vers un avenir stimulant et gratifiant.

En plus d’un siècle, la St. Thomas University a formé des leaders dans tous les domaines. Parmi ses diplômés figurent des auteurs, des ministres, des premiers ministres, des comédiens, des journalistes, des enseignants, des travailleurs sociaux, des avocats, des juges, des chefs d’entreprise, des dirigeants des Premières Nations et des chefs de file dans une foule de domaines.

Alors, quittez sans crainte notre petite collectivité. Faites preuve d’audace et de courage, prenez des risques. Saisissiez les possibilités qui se présentent : elles vous conduiront vers un avenir encore plus radieux que celui dont vous rêviez.

Vous avez la chance de vivre dans une société qui permet d’acquérir une éducation de calibre mondial. Ne l’oubliez jamais, et faites-vous un devoir de rendre à la collectivité un peu de ce qu’elle vous a apporté.

Je sais que vous le ferez, et que vous ferez notre de fierté.

Catégorie :  Coop et stages

À propos d’Universités Canada
Porte-parole des universités canadiennes au Canada et à l’étranger, Universités Canada représente les intérêts de 97 universités canadiennes publiques et privées à but non lucratif.

Personnes-ressources :
Helen Murphy
Directrice, Communications
Universités Canada
hmurphy@univcan.ca
Tél. : 613 563-3961, poste 238
Cell. : 613 608-8749

Nadine Robitaille
Agente des communications
Universités Canada
nrobitaille@univcan.ca
Tél. :  613 563-3961, poste 306

← Précédent
Le meilleur est à venir pour les diplômés des universités
Prochain →
Dirigeants universitaires aux Pays Bas

Nouvelles connexes

Universités Canada