Des Canadiens d’origine asiatique qui se démarquent

24 mai 2022
Nouvelles

En ce Mois du patrimoine asiatique, célébrons l’histoire et les cultures asiatiques, de même que les contributions remarquables de Canadiens d’origine asiatique.

Adrienne Clarkson

Mme Clarkson a été la 26e gouverneure générale du Canada. Durant son mandat de 1999 à 2005, le vif intérêt de Mme Clarkson à l’égard du Nord canadien l’a menée à créer la Médaille du Gouverneur général pour la nordicité, qui était décernée annuellement à des citoyens dont les actions remarquables ont contribué à l’approfondissement des connaissances sur le Nord, de même qu’à son développement. La sensibilité dont elle a fait preuve à l’endroit des peuples autochtones a permis d’attirer l’attention sur les besoins de ces derniers dans le débat national.

Mme Clarkson détient un baccalauréat ainsi qu’une maîtrise en littérature anglaise du Trinity College de la University of Toronto.

L’honorable Vivienne Poy

Avant de devenir la première Canadienne d’origine asiatique à être nommée au Sénat du Canada, Mme Poy était une entrepreneure et une créatrice de mode reconnue. Elle a fondé sa propre marque de vêtements, Vivienne Poy Mode, en 1981. Elle a étudié à Hong Kong ainsi qu’au Royaume-Uni, et a déménagé au Canada en 1959, où elle a obtenu un doctorat en histoire de la University of Toronto.

David Suzuki

M. Suzuki a été professeur au Département de génétique de la University of British Columbia de 1963 jusqu’à sa retraite en 2011. Il a reçu plusieurs prix et distinctions honorifiques, y compris une nomination à titre d’officier de l’Ordre du Canada en 1977, puis en tant que Compagnon de l’Ordre du Canada en 2006, le prix Kalinga de vulgarisation scientifique remis par l’UNESCO en 1986 et un prix décerné par la University of British Columbia en 2000 soulignant l’ensemble de ses réalisations. M. Suzuki s’est également vu décerner 24 grades honorifiques d’universités canadiennes, américaines et australiennes. En 2009, il a obtenu le Prix Right Livelihood, soit le « prix Nobel alternatif », pour son caractère visionnaire de même que ses travaux réalisés pour le bien de la planète et de ses habitants.

Vicky Sunohara

En tant que l’une des hockeyeuses les plus primées de l’histoire du pays, Mme Sunohara a su transposer son talent derrière le banc des joueuses. Elle a été nommée entraîneuse de l’année U SPORTS FOX 40 pour une deuxième fois dans sa carrière pour son rôle auprès de l’équipe de hockey féminin Varsity Blues de la University of Toronto, qui est également son alma mater. En 2020, le Centre culturel canadien japonais lui a décerné le prix Sakura, qui souligne les contributions exceptionnelles des personnes qui participent au rayonnement de la culture japonaise et à la sensibilisation au patrimoine nippon au Canada et à l’étranger.

Simu Liu

M. Liu, un acteur canadien, a remporté un prix Game Changer ainsi qu’un prix du Choix du public pour son rôle dans le film Shang-Chi et la légende des dix anneaux des studios Marvel, sorti en 2021. Avant d’obtenir le premier rôle dans ce film, M. Liu a également joué le rôle de Jung Kim dans la série Kim’s Convenience, produite par Radio-Canada. Il est également scénariste et producteur. Il a d’abord été comptable avant de se réorienter en tant que figurant et cascadeur à la télévision et au cinéma. 

Margaret Lyons

Née en Colombie-Britannique en 1923, Mme Lyons et sa famille ont dû quitter la province en raison de l’expulsion des Canadiens d’origine japonaise. Sa famille s’est alors installée à Winnipeg, puis à Hamilton, où Mme Lyons a fréquenté la McMaster University et obtenu un diplôme en science économique.

Elle a fait ses débuts en tant que dactylographe à la British Broadcasting Corporation, puis en tant que productrice au service des affaires asiatiques de la même chaîne. En 1957, elle a mené une entrevue avec Lester Pearson, qui venait d’obtenir le prix Nobel de la paix, et celui-ci l’a encouragé à poursuivre une carrière en journalisme au Canada. Elle a donc déménagé à Toronto et travaillé à la radio de Radio-Canada à titre de productrice aux affaires publiques, avant d’être promue au poste de directrice de la radio AM. Elle est ensuite devenue la première femme à occuper le poste de vice-présidente du réseau de radio de Radio-Canada.

En 1996, la McMaster University lui a décerné un doctorat honorifique en lettres et a donné son nom au Centre des nouveaux médias Lyons de l’établissement.

Shyam Selvadurai

M. Selvadurai est né à Colombo, au Sri Lanka, et est arrivé au Canada à la suite des émeutes raciales de 1983. Il détient un baccalauréat en mise en scène et en écriture théâtrales de l’Université York de même qu’une maîtrise en création littéraire de la University of British Columbia. Il a travaillé en tant que scénariste pour la télévision avant de se concentrer sur l’écriture de nouvelles, de romans et d’essais. Son roman Drôle de garçon a d’ailleurs connu un grand succès au Canada, et sa nouvelle intitulée The Demoness Kali, d’abord publiée dans le numéro d’août du Toronto Life, lui a valu l’obtention de la médaille d’or dans la catégorie fiction à l’occasion de la 30e édition des Prix des magazines nationaux. Son plus récent livre, Mansions of the Moon, un roman historique au sujet de la femme de Bouddha, a paru chez Knopf en mai 2022.

Catégorie :  Équité, diversité et inclusion

À propos d’Universités Canada
Porte-parole des universités canadiennes au Canada et à l’étranger, Universités Canada fait la promotion de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au profit de tous les Canadiens.

Personne-ressource :

Lisa Wallace
Gestionnaire des communications
Universités Canada
communications@univcan.ca

← Précédent
Les universités canadiennes renforcent leurs liens avec le Maroc
Prochain →
Semaine de l’innovation canadienne de 2022 : #InnoverPourRivaliser

Nouvelles connexes

Universités Canada