En cette Semaine de l’éducation internationale, rappelons que les délais de traitement des demandes de permis d’études nuisent au Canada

16 novembre 2022
Nouvelles

OTTAWA— À l’occasion de la Semaine de l’éducation internationale, les universités soulignent les étudiantes et étudiants étrangers et leur contribution à la compétitivité du Canada au sein d’une économie mondiale, verte et hautement qualifiée.

Le pays fait face à une pénurie de main-d’œuvre. En effet, une récente étude menée par la Banque de développement du Canada a révélé que 55 % des entreprises canadiennes peinent à recruter le talent nécessaire. Or, l’immigration constitue une partie importante de la solution.

Les étudiantes et étudiants étrangers sont deux fois plus susceptibles d’étudier en génie, et deux fois et demie plus susceptibles de suivre une formation en mathématiques et informatique que leurs homologues du Canada, soit les deux principaux domaines où l’on anticipe une pénurie de main-d’œuvre. Les études à l’étranger sont en outre une voie commune vers l’immigration et un pilier de la stratégie canadienne d’immigration, puisqu’environ 17 % des personnes ayant récemment obtenu leur résidence permanente et 40 % de celles issues de la catégorie de l’immigration économique ont effectué des études au Canada. De plus, grâce à leur diversité culturelle et la pluralité de leurs perspectives, les étudiantes et étudiants étrangers enrichissent les expériences d’apprentissage.

Malgré tout, des obstacles se dressent sur le chemin des étudiantes et étudiants étrangers souhaitant se rendre au Canada.

En date du 30 septembre 2022, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) accusait un retard dans le traitement de près de 900 000 demandes de résidence temporaire, ce qui comprend les demandes de permis d’études. IRCC s’alloue une période de treize semaines pour traiter ces permis, une norme qui n’est toutefois pas respectée dans plusieurs cas. Au Royaume-Uni et aux États-Unis, les demandes de permis d’études sont traitées à l’intérieur d’un délai de trois semaines.

Pour remédier à la situation, le gouvernement du Canada doit trouver des moyens de réduire les délais de traitement des demandes de permis d’études et résoudre de toute urgence les problèmes de traitement systémiques actuels, tout en favorisant la collaboration et la consultation avec les universités canadiennes.

« Le pays est engagé dans une concurrence mondiale féroce pour le talent, affirme Paul Davidson, président-directeur général d’Universités Canada. Les étudiantes et étudiants étrangers disposent d’une foule d’options de destinations d’études. Afin que le Canada demeure compétitif, le gouvernement doit nettement accélérer le traitement des demandes de visa et faire preuve d’intégrité. Les étudiantes et étudiants étrangers multiplient les possibilités pour la population étudiante canadienne, enrichissent les milieux d’apprentissage et contribuent à combler les besoins du pays en matière de talent. »

-30-

À propos d’Universités Canada
Porte-parole des universités canadiennes au Canada et à l’étranger, Universités Canada fait la promotion de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au profit de tous les Canadiens.

Personne-ressource :

Lisa Wallace
Gestionnaire des communications
Universités Canada
communications@univcan.ca

← Précédent
Un nouveau programme canadien de bourses d’études pour lutter contre les inégalités dans les pays en développement
Prochain →
Johnston : Le Canada doit multiplier les expériences à l’étranger pour ses étudiantes et étudiants

Nouvelles connexes

Universités Canada