Innovation « Made in Canada » : un appui à une économie axée sur le savoir

1 janvier 1970
Nouvelles

Cette lettre d’opinion a paru dans The Daily Gleaner le 11 novembre 2016.

par Dino Trevisani, président d’IBM Canada

Il a pris la parole à la bibliothèque centrale de Halifax le lundi 7 novembre dernier sous le thème L’innovation « Made in Canada », dans le cadre de la série de conférences Convergences d’Universités Canada.

 Les jeunes qualifiés et éduqués sont une ressource inestimable au Canada. Au Canada atlantique, maintenir ces jeunes dans la région représente le plus grand défi et la meilleure façon de stimuler la croissance économique à long terme.

Les jeunes préféreraient rester ici, si seulement ils pouvaient trouver de bons emplois; il faut donc leur offrir des débouchés intéressants. D’expérience, je sais que c’est possible : la collaboration entre l’université, le gouvernement et l’industrie a le pouvoir de freiner l’exode, particulièrement celle de nos jeunes qualifiés.

Les universités canadiennes produisent une main-d’œuvre hautement qualifiée, des travaux de recherche de calibre mondial et de remarquables innovations.

Tous les ordres de gouvernement ont pour mandat premier de voir à la création d’emplois, à la croissance économique et à la prospérité à long terme, et ils disposent du financement qu’il faut pour s’y consacrer.

L’industrie donne accès à la réussite. Les entreprises multinationales comme IBM, capables d’offrir la technologie et l’expertise, la formation et le mentorat, l’accès aux chercheurs de l’industrie et la perspective du marché mondial, peuvent aussi aider à créer de l’emploi pour ces jeunes.

Imaginez ce qui peut être accompli lorsqu’on réunit tous ces éléments dans une stratégie commune.

IBM partage avec ses partenaires du milieu universitaire et du gouvernement la vision de créer des emplois hautement spécialisés et d’offrir aux nouveaux diplômés la possibilité d’acquérir les compétences nécessaires pour stimuler l’innovation au Canada atlantique et dans l’ensemble du pays.

Des milliers d’employés d’IBM, parmi lesquels de nouveaux diplômés des universités, aident des organisations des secteurs public et privé à utiliser la technologie innovante pour transformer leurs activités et réaliser leur plein potentiel.

En 2011, IBM a fait l’acquisition de Q1 Labs, une entreprise dont la plateforme de renseignement de sécurité a été élaborée en partenariat avec la University of New Brunswick. Cette acquisition a conduit à la création de notre division de sécurité mondiale, qui comprend un centre de développement de la recherche et de soutien à la clientèle à Fredericton, et qui vient en aide à plus de 5 000 clients dans le monde entier.

Nous avons continué de favoriser l’expansion de ces activités, et le Nouveau-Brunswick est devenu un centre canadien de la cybersécurité, soutenant activement nos efforts sur la scène internationale grâce au talent exceptionnel que compte la province et à l’appui de nos partenaires du milieu universitaire et du gouvernement.

En mai, la University of New Brunswick a été l’une des huit universités nord-américaines (et l’une des trois au Canada) choisies pour contribuer au traitement et à l’analyse d’énormes volumes de données de cybersécurité du système Watson d’IBM.

Ensemble nous permettons aux étudiants d’acquérir une expérience pratique qui leur permettra d’aider des entreprises et des organisations à trouver des solutions à des problèmes concrets.

Ce n’est qu’un exemple d’une collaboration majeure entre IBM et les divers ordres de gouvernement et les établissements d’enseignement de la région et du pays.

Dans l’intérêt de tous les Canadiens et des organisations du monde entier, nous préparons le terrain en matière de développement économique afin d’aider le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse à faire la transition vers des économies axées sur les travailleurs du savoir capables de relever des défis de taille comme la croissance exponentielle des données et la cybercriminalité.

Je ressens une telle fierté de constater que l’innovation canadienne d’ici, au Canada atlantique, peut être exportée partout dans le monde.

Mais le succès de ces initiatives est tributaire de partenaires qui sont tous engagés dans la même démarche.

Comme chef d’entreprise, je sais que l’innovation est la clé du succès. Pour ouvrir des perspectives, il faut que le milieu de travail puisse permettre à une entreprise d’atteindre un niveau supérieur et ici, au Canada atlantique, les gouvernements provinciaux l’ont compris. Aucune de nos récentes réussites n’aurait été possible sans ce partenariat solide et sérieux avec le gouvernement.

Nous sommes engagés, avec nos partenaires, à favoriser la croissance économique et la prospérité du Canada atlantique. Nous sommes engagés à l’égard de partenariats stratégiques qui favorisent la recherche et le développement et jettent les bases de la création de bons emplois.

Les investissements en innovation aident les entreprises locales à livrer concurrence au pays et à l’étranger et inspirent les entrepreneurs et d’autres entreprises à s’installer dans la région, car nous avons prouvé, avec nos partenaires, que c’était possible.

La collaboration donne aussi lieu à une forte économie du savoir et à l’innovation « made in Canada ». C’est ce qui se passe lorsqu’on ne travaille pas en vase clos et que l’on considère l’innovation du point de vue de la collaboration. Nous connaissons déjà la formule du succès, il nous reste maintenant à nourrir la passion qui permettra d’aller encore plus loin.

Le fondateur d’IBM, Thomas J. Watson, a dit « C’est lorsqu’une personne ou une entreprise décide que le succès a été atteint que le progrès s’arrête ».

Nous ne laisserons pas une telle chose se produire.

IBM est déterminée à continuer à stimuler le développement et la croissance économique au Canada atlantique, et nous savons que nos partenaires du milieu universitaire et des gouvernements sont du même avis.

Il faut maintenant que d’autres entreprises se joignent à nous afin d’offrir à nos diplômés davantage de possibilités de vivre et de travailler là où ils le souhaitent. Ensemble nous pouvons permettre à nos jeunes de réaliser leur plein potentiel et de devenir les maîtres d’œuvre d’un brillant avenir pour le Canada atlantique.

-30-

Catégorie :  Coop et stages, Recherche et innovation

À propos d’Universités Canada
Porte-parole des universités canadiennes au Canada et à l’étranger, Universités Canada représente les intérêts de 97 universités canadiennes publiques et privées à but non lucratif.

Personnes-ressources :
Helen Murphy
Directrice, Communications
Universités Canada
hmurphy@univcan.ca
Tél. : 613 563-3961, poste 238
Cell. : 613 608-8749

Nadine Robitaille
Agente des communications
Universités Canada
nrobitaille@univcan.ca
Tél. :  613 563-3961, poste 306

← Précédent
Les modifications au programme Entrée express attireront le talent étranger dans les universités
Prochain →
Un rapport fait la promotion du renforcement des liens en enseignement supérieur entre le Canada et les É-U

Nouvelles connexes

Universités Canada