Jour de la Terre : Les universités passent à l’action pour la planète

22 avril 2022
News

En tant que carrefours de la recherche, de l’enseignement et de l’innovation, les universités sont des alliées incontournables dans la lutte contre les changements climatiques. À l’occasion du Jour de la Terre, voici certaines initiatives entreprises par les universités canadiennes afin de préserver la planète.

Inventer des technologies propres

La University of Regina a fondé l’Institut de recherche sur les technologies énergétiques propres afin de se pencher, entre autres, sur l’étude des technologies de décarbonisation et des stratégies de captage de carbone. L’hydrogène, qui constitue une source potentielle d’énergie propre, est l’un de ses principaux axes de recherche. Ses chercheurs ont d’ailleurs mis au point une technologie révolutionnaire qui transforme le combustible en hydrogène à combustion propre, et qui permet de recycler du même coup le gaz carbonique. L’équipe de recherche de l’Institut a également mis sur pied une usine pilote de captage de carbone à faible consommation énergétique, et se penche sur des manières de transformer les déchets en énergie, combustibles ou produits chimiques.

Des établissements carboneutres

La carboneutralité, qui consiste en l’atteinte d’un équilibre entre le carbone produit et le carbone absorbé de l’atmosphère, contribue grandement à réduire les gaz à effet de serre entraînant le réchauffement climatique.

Les universités de la Colombie-Britannique montrent l’exemple dans ce domaine, en ayant toutes atteint les objectifs de carboneutralité exigés en vertu de la loi provinciale. L’une d’entre-elles, la University of the Fraser Valley, a investi dans la modernisation de ses infrastructures et dans l’amélioration de leur efficacité énergétique, en plus de mener des campagnes visant à influencer des changements de comportements qui permettant de réduire considérablement sa consommation de gaz naturel.

Au Québec, l’Université Laval a été, en 2015, le premier établissement d’enseignement à atteindre la carboneutralité, grâce à l’optimisation de sa centrale d’énergie, à des travaux d’efficacité énergétique et à des investissements dans des puits de carbone ayant permis de capter plus de 13 000 tonnes de gaz carbonique. L’Université entend devenir un véritable laboratoire d’essai visant à mettre au point des solutions novatrices dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques.

Une énergie générée par des déchets naturels

Bien que la Dalhousie University et la University of British Columbia soient situées à des extrémités opposées du pays, elles ont toutes deux remplacé leurs centrales de chauffage traditionnelles par des installations énergétiques écologiques et à la fine pointe de la technologie.

Construite en 2018, la centrale de biomasse de la Dalhousie University est devenue la première usine du genre à alimenter une université nord-américaine en énergie, positionnant ainsi l’établissement à l’avant-garde des technologies durables. Le fonctionnement de la centrale repose sur la combustion de biocarburant, notamment des matières naturelles, comme du bois, des déchets agricoles ou du fumier, ce qui a permis de réduire l’empreinte carbone de l’Université.

De son côté, l’usine de transformation de la biomasse de la University of British Columbia alimente les bâtiments de l’établissement en chauffage tout en réalisant des économies d’argent et en réduisant les émissions de gaz à effet de serre grâce à la réutilisation des déchets de bois propres. Elle génère le quart du chauffage nécessaire à l’établissement et élimine quatorze pour cent de ses émissions de gaz à effet de serre.

Le plus grand parc solaire du Canada

L’Université de Sherbrooke explore également des sources d’énergie durable et s’est dotée du plus grand parc solaire au Canada, qui fournit quinze pour cent de l’énergie nécessaire au fonctionnement du campus principal de l’établissement. Le parc est l’un des 45 projets ayant permis à l’Université, qui mise également sur la géothermie et des projets de conversion énergétique, de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 63,5 pour cent. L’établissement mène aussi d’importants travaux de recherche dans le domaine de l’énergie solaire et a mis au point une centrale de stockage thermique expérimentale. Des détails se trouvent ici.

Protéger les océans

Les océans sont les plus grands dépôts de carbone au monde et sans eux, l’atteinte de la carboneutralité serait tout simplement impossible. La Memorial University of Newfoundland, la Dalhousie University, la University of Prince Edward Island se sont associées à huit instituts de recherche étrangers d’envergure afin de mettre sur pied l’Institut Ocean Frontier, l’un des plus vastes groupes axés sur la recherche océanographique issus de partenariats. L’Institut met à profit ses données scientifiques afin de fournir de l’information pertinente aux décideurs, au secteur industriel ainsi qu’aux collectivités pour permettre au Canada d’atteindre la carboneutralité.

La Memorial University of Newfoundland, située aux abords de l’Atlantique Nord, protège les océans en construisant des récifs artificiels, en investissant dans la technologie maritime écologique et en limitant les effets des déversements de pétrole dans les eaux. Apprenez-en davantage ici.

Intégrer l’adaptation aux changements climatiques à la planification urbaine

On ne peut plus nier les effets tangibles des changements climatiques, et il devient primordial d’intégrer l’adaptation aux changements climatiques à la planification urbaine de même qu’à notre mode de vie. Le Labo Climat Montréal est un laboratoire vivant qui vise à mesurer l’adaptation aux changements climatiques lors de la revitalisation d’un quartier de la ville. En préconisant une démarche de recherche-action, les acteurs du projet ont pu déceler les contraintes liées à la planification urbaine dans le secteur de Lachine-Est et promouvoir l’implantation de mesures d’adaptation aux vagues de chaleur, aux pluies extrêmes ainsi qu’aux autres effets causés par les changements climatiques.

Tagged:  Développement durable

À propos d’Universités Canada
Porte-parole des universités canadiennes au Canada et à l’étranger, Universités Canada fait la promotion de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au profit de tous les Canadiens.

Personne-ressource :

Lisa Wallace
Gestionnaire des communications
Universités Canada
communications@univcan.ca

← Previous
La Semaine de l’action bénévole : être au service des collectivités
Next →
Séries télévisées et films tournés dans les universités canadiennes

Related news

Universities Canada