La course vers la carboneutralité

3 mars 2022
News

Les changements climatiques sont parmi les plus grands problèmes de cette époque. Lors d’un entretien organisé à l’occasion de l’activité « Propulsion 2022 » avec John Stackhouse, de la RBC, l’experte en climat Katharine Hayhoe a parlé de l’approche à adopter pour communiquer efficacement la menace planant sur la planète et pour la contrer.

Déni cosmique

Le film Déni cosmique, sorti en 2021, débute lorsque le personnage de Jennifer Lawrence, Kate, découvre qu’une comète se dirige tout droit vers la Terre alors qu’elle scrute le ciel au moyen d’un télescope. Mme Hayhoe, qui porte le même prénom et détient un diplôme de premier cycle en astronomie, confie qu’elle a eu un frisson en regardant la scène.

Cette fiction souligne un problème bien réel auquel le monde d’aujourd’hui fait face, soit celui de convaincre la population de croire en la science. Selon Mme Hayhoe, il y a toutefois une grande différence entre le film et la réalité :

« Il n’est pas trop tard pour agir. » – Mme Hayhoe

Communiquer pour contrer le sentiment d’impuissance

Mme Hayhoe et M. Stackhouse ont parlé de l’importance des communications pour aider la planète.

« Les universitaires doivent comprendre que savoir communiquer est presque aussi important que leurs travaux de recherche. » – Mme Hayhoe

L’une des difficultés auxquelles se heurtent les experts en climat et les environnementalistes du monde entier est que leur message d’alarme finit souvent par provoquer un sentiment d’impuissance dans la population. Mme Hayhoe souligne qu’il est important de s’assurer que les gens comprennent qu’il est encore possible d’agir lorsqu’on exprime la gravité de la situation.

« Si les gens sont persuadés que la cause est perdue, alors nous sommes bel et bien condamnés. C’est pourquoi il est essentiel de contrer le sentiment d’impuissance. » – Mme Hayhoe

Les universités sont essentielles pour insuffler cet espoir aux étudiants, aux membres du personnel et au sein des collectivités.

Voir le verre à moitié plein

Les experts en climat sont aussi confrontés au défi de convaincre les gens de changer leurs habitudes de vie pour les rendre moins commodes. Mme Hayhoe soutient qu’il est possible de surmonter ce défi en présentant les changements sous un angle positif.

« Pourquoi ne pas conseiller aux gens de manger davantage de plantes, au lieu de leur dire de manger moins de viande? De voyager intelligemment, au lieu de moins voyager? Et si nous présentions les changements comme une amélioration de nos vies : des économies, une meilleure santé, une plus grande qualité de vie, un gain de temps? » – Mme Hayhoe

Ce qui peut être fait

Mme Hayhoe soutient que bien qu’il soit utile de poser des gestes individuels, comme manger moins de viande ou utiliser des ampoules à faible consommation d’énergie, ce ne sont pas les moyens les plus efficaces de lutter contre les changements climatiques. Selon elle, il est bien plus important de parler d’environnement avec les autres.

« L’essentiel est de ne pas nous concentrer uniquement sur notre empreinte carbone personnelle ou sur les conséquences de notre mode de vie sur l’environnement. Il faut avant tout parler de l’urgence climatique, de ses conséquences et de ce que nous pouvons faire pour régler la situation. » – Mme Hayhoe

D’autres moyens d’agir incluent d’adhérer un groupe environnementaliste, de choisir judicieusement ses investissements et de discuter des changements apportés dans sa vie personnelle.

Tagged:  Développement durable

À propos d’Universités Canada
Porte-parole des universités canadiennes au Canada et à l’étranger, Universités Canada fait la promotion de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au profit de tous les Canadiens.

Personne-ressource :

Lisa Wallace
Gestionnaire des communications
Universités Canada
communications@univcan.ca

← Previous
Déclaration d’Universités Canada sur la situation en Ukraine
Next →
Coalition pour un avenir meilleur : l’importance d’une collaboration intersectorielle

Related news

Universities Canada