Les leçons tirées de la COVID-19 pourraient bien caractériser les réussites du XXIe siècle

28 mars 2020
Nouvelles
Andrew Petter

Cet article d’opinion a paru dans le Vancouver Sun le 28 mars 2020

Par Andrew Petter, recteur de la Simon Fraser University

Nous sommes au cœur d’une crise mondiale sans précédent, une épreuve qui mesure de toute urgence la capacité de l’humanité à travailler de concert pour affronter une menace à notre santé collective, à notre cohésion sociale et à notre bien-être économique. À l’échelle mondiale, des vies sont en jeu et notre héritage est menacé. Pour le meilleur ou pour le pire, les générations à venir jugeront notre réaction et en tireront des leçons.

Il est évidemment trop tôt pour prédire comment nous allons nous en tirer. Bien sûr, certaines personnes, certains secteurs et certains pays gèrent déjà mieux la situation que d’autres. En fait, les premières réactions révèlent l’énergie, la créativité et l’esprit d’innovation dont peuvent faire preuve les humains en temps de crise, qui présente à la fois des menaces et des possibilités.

Je vois forcément la situation de la COVID-19 du point de vue d’un recteur. Je dirige un établissement dont les pratiques sont enracinées dans mille ans d’histoire, mais n’allez pourtant pas croire que l’Université est traditionaliste et réfractaire au changement; cette allégation ne saurait s’appliquer à la SFU, même en temps normal, alors je la rejette catégoriquement.

À preuve, au cours des dernières semaines, nous avons transformé notre établissement d’une manière que je n’aurais jamais cru possible il y a un mois à peine. Les programmes d’études sont entièrement passés de la salle de classe au nuage et à diverses plateformes. Les professeurs de toutes les disciplines ont adopté des techniques d’enseignement et des technologies qui leur étaient étrangères une quinzaine de jours auparavant. Depuis la maison, tous se sont mobilisés pour donner leurs cours à distance et permettre aux étudiants de continuer leurs études et d’avoir accès à du soutien essentiel, alors même que le monde apprend à pratiquer l’éloignement social.

Tout cela soulève un autre enjeu : les coûts de l’isolement. Grâce à un projet d’envergure entrepris il y a quelques années avec la Vancouver Foundation, nous avons pris pleinement conscience de la vulnérabilité de notre région aux effets dommageables de l’isolement social. Cette information a alors animé notre désir de devenir des leaders de l’engagement communautaire et de faire en sorte que l’éloignement social actuel ne se traduise pas par un isolement social. Tout au long de la période stressante que nous vivons, il est plus important que jamais d’entrer en contact, même en l’absence de proximité physique. À cette fin, le projet SFU Public Square a mis sur pied une initiative sur l’engagement communautaire en temps d’éloignement social qui offre toute une gamme d’outils pour aider les gens à rester en contact. Une liste complète de ressources se trouve au www.sfu.ca/publicsquare/covid-19-engagement.html (en anglais seulement).

La SFU offrira encore davantage au cours des prochaines semaines. Nous contribuons déjà à la recherche : Caroline Colijn, titulaire de la Chaire de recherche Canada 150 en modélisation mathématique de l’évolution des agents pathogènes et santé publique, a été nommée au sein du groupe d’experts du gouvernement fédéral sur la COVID-19; une équipe dirigée par Lena Dolgosheina et Peter Unrau utilise la technologie d’imagerie ARN créée par la SFU pour élaborer des trousses de dépistage de pointe du coronavirus; et Kelley Lee dirige un projet qui appuie la coordination mondiale de la réaction à l’éclosion de la COVID-19. 

Nous tentons aussi de trouver des installations et des ressources sur nos trois campus afin de pouvoir faire encore davantage pour appuyer nos collectivités locales en ces temps difficiles.

Alors bien sûr, la COVID-19 a transformé le monde, et probablement pour toujours. Mais ensemble, nous réagissons à une vitesse incroyable. Comme l’a dit Patrick Deane, principal de la Queen’s University, si les universités avaient envisagé de transférer un million d’étudiants vers l’apprentissage en ligne « en dehors du contexte d’une urgence publique, elles auraient eu du mal à y parvenir en moins d’une décennie ». Pourtant nous venons de le faire. 

Au cours des prochains mois, nous devrons nous employer à exploiter au maximum toutes les innovations et à tirer des leçons qui pourraient aider à trouver des solutions à d’autres problèmes sociaux — dont la crise des opioïdes, l’insécurité alimentaire et les changements climatiques.

La crise de la COVID-19 nous a montré qu’en mobilisant nos ressources et en agissant collectivement, appuyés par des données probantes et par l’expertise, nous sommes en mesure de surmonter des difficultés qui peuvent sembler insurmontables. 

La crise nous rappelle aussi que la situation touche tout le monde, et qu’il est de notre responsabilité individuelle et collective d’orchestrer une réaction qui illustre le meilleur de l’humanité.

À propos d’Universités Canada
Porte-parole des universités canadiennes au Canada et à l’étranger, Universités Canada fait la promotion de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au profit de tous les Canadiens.

Personne-ressource :

Brenna Baggs
Gestionnaire des communications
Universités Canada
bbaggs@univcan.ca
Tél. : 613-563-1236, poste 255

← Précédent
Le milieu universitaire s’associe à l’industrie et au gouvernement pour combattre la pandémie
Prochain →
Déclaration d’Universités Canada sur l’écrasement du vol 752 de la compagnie Ukraine International Airlines

Nouvelles connexes

Universités Canada