Les universités pressent le gouvernement fédéral de concrétiser ses engagements à l’égard de la santé mentale des étudiants

10 octobre 2022
Nouvelles
Person comforting another person

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, les universités canadiennes exhortent le gouvernement fédéral à respecter sa promesse électorale de 2021 visant la création d’un fonds pour la santé mentale des étudiants d’une valeur de 500 millions de dollars sur quatre ans. Les universités requièrent de toute urgence ce financement direct afin d’apporter des améliorations essentielles aux soins de santé mentale offerts sur les campus aux étudiants touchés par la pandémie de COVID-19.

Les étudiants de niveau postsecondaire comptent parmi les personnes les plus touchées par la pandémie. Un rapport publié par l’Alliance canadienne des associations étudiantes (ACAE) et la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) en septembre 2022 révèle que la pandémie :

  • a eu des effets négatifs sur la santé mentale de 3 étudiants sur 4;
  • a aggravé un trouble de santé mentale préexistant (74 %) ou créé de nouvelles difficultés à cet égard (61 %);
  • a affecté de manière disproportionnée les étudiants qui se disent membres d’une minorité visible, de la communauté 2SLGBTQ+ ou d’une communauté autochtone, ou les étudiants en situation de handicap ou vivant avec un trouble de santé mentale préexistant.

Lorsqu’il est question de santé mentale, les interventions rapides garantissent de meilleurs résultats à long terme. Un rapport de la CSMC indique qu’« [u]ne intervention efficace au moment de l’apparition du problème de santé mentale réduit le risque de conséquences négatives pour le fonctionnement quotidien et accroît de façon marquée la probabilité du rétablissement », alors que « [d]es problèmes non traités de santé mentale au début de l’âge adulte peuvent augmenter chez une personne le risque de développer des problèmes de santé mentale graves et persistants ».

Ainsi, si des interventions ne sont pas réalisées aux moments opportuns, les effets de la pandémie sur la santé mentale des étudiants, qui constituent les chefs de file, les décideurs et les membres de la société de demain, risquent de se prolonger. De plus, ces interventions doivent prendre en compte les besoins des étudiants issus de groupes dignes d’équité, et être adaptées à la réalité des campus.

« En 2020 et 2021, les étudiants ont fait face à des difficultés sans précédent. Ils méritent d’avoir accès à des soins de santé mentale avant la fin de leurs études, et ce, de manière rapide et efficace. Les universités ont investi leurs propres ressources et ont mené des activités de philanthropie afin de pallier la situation. Il est maintenant temps que le gouvernement fédéral concrétise sa promesse électorale de 2021 visant à assurer l’accès des étudiants aux soins nécessaires afin de pouvoir vivre pleinement, et en santé. » – Paul Davidson, président-directeur général d’Universités Canada

-30-

Catégorie :  Collectivités fortes et saines

À propos d’Universités Canada
Porte-parole des universités canadiennes au Canada et à l’étranger, Universités Canada fait la promotion de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au profit de tous les Canadiens.

Personne-ressource :

Lisa Wallace
Gestionnaire des communications
Universités Canada
communications@univcan.ca

← Précédent
Les universités canadiennes réclament des investissements dans les personnes et les idées au profit de toute la population canadienne
Prochain →
Déclaration d’Universités Canada sur l’évolution de la situation en Iran

Nouvelles connexes

Universités Canada