Un nouvel investissement confirme le rôle primordial des universités

15 décembre 2014
Nouvelles
Jamie Cassels, recteur, UVic

Texte d’opinion paru dans le Victoria Times Colonist le 13 décembre 2014.

Par Jamie Cassels, recteur et vice-chancelier de la University of Victoria

Les discussions seront animées pendant les Fêtes, à l’approche de la période de demandes d’admission aux universités de la Colombie-Britannique. Où s’inscrire et quels lieu et programme d’études choisir méritent en effet une bonne réflexion. Les choix sont nombreux. Toutefois, la pertinence de poursuivre ses études postsecondaires ne devrait pas être remise en question. Entreprendre des études supérieures n’a jamais été aussi important, et les occasions offertes aux étudiants aussi intéressantes dans les excellentes universités de la Colombie-Britannique.

Non seulement les universités servent-elles d’incubateurs pour la main-d’œuvre dont la société aura besoin au cours des années et des décennies à venir, elles sont également génératrices d’idées et d’innovation grâce à leur mission de recherche.

Jeudi dernier, le premier ministre a annoncé la mise en œuvre du fonds d’excellence en recherche Apogée Canada; un investissement révolutionnaire, d’une valeur de plus de 1,5 milliard de dollars sur 10 ans, qui permettra aux universités canadiennes d’exceller à l’échelle mondiale dans des domaines de recherche qui procurent des avantages sociaux et économiques à long terme au Canada. La même journée, le gouvernement fédéral a publié une version mise à jour de sa stratégie en matière de sciences, de technologies et d’innovation, dans laquelle sont définis les cinq domaines de recherche prioritaires qui revêtent une importance stratégique pour le Canada.

Ce nouveau fonds, qui s’ajoute aux programmes existants de soutien à la recherche, reconnaît le rôle que jouent les universités dans la santé économique du pays. J’ai écouté le premier ministre exposer les avantages du fonds. « Ce financement très substantiel aide nos universités à attirer le talent dans les domaines ciblés comme des priorités nationales. Il permet ainsi à des gens talentueux de se mettre au travail et d’entreprendre des travaux de recherche de calibre mondial à long terme, qui jetteront les fondements de l’économie canadienne en évolution », a-t-il indiqué.

Les universités de la Colombie-Britannique sont bien placées pour tirer le meilleur parti de cette occasion et obtenir ainsi des résultats concrets. Elles sont reconnues à titre de chefs de file mondiaux dans bon nombre des domaines ciblés comme priorités, dont entre autres l’environnement et l’océanographie, les énergies propres, la santé et les sciences de la vie, les technologies de l’information et de la communication, les matériaux de pointe et la nanotechnologie.

Les possibilités d’application aux entreprises qui caractérisent ces domaines sont également dignes d’intérêt. Ainsi, le nouveau financement renforcera les liens entre les universités et les entreprises qui sont prêtes à utiliser les découvertes et à livrer concurrence à l’échelle mondiale. Ce type de recherche de haut calibre entraîne des répercussions fondamentales sur la vie des Canadiens et des citoyens du monde entier.

À la University of Victoria, par exemple, des spécialistes se penchent sur une variété de systèmes énergétiques durables : exploitation de ressources renouvelables, gestion et atténuation des effets défavorables ou encore invention et conception de formes d’énergie entièrement nouvelles.

Le Ocean Networks Canada (ONC) de la University of Victoria a créé le tout premier observatoire océanique du monde qui englobe la superficie d’une plaque tectonique — des installations que de nombreux pays tentent de reproduire. Il ouvre la voie à la collaboration internationale sur d’innombrables enjeux, qu’il s’agisse de tremblements de terre et de tsunamis, de changements climatiques ou de l’incidence des bruits ambiants sur les mammifères marins. Il contribuera ainsi à renforcer notre connaissance et notre compréhension des océans et des systèmes climatiques du monde entier et favorisera la mise au point de technologies novatrices pouvant être commercialisées et diffusées partout dans le monde.

Avec leurs collègues d’autres universités de recherche de la Colombie-Britannique, les chercheurs de la University of Victoria contribuent de façon essentielle à la compréhension et à l’amélioration de la santé humaine.

Le nouveau fonds Apogée Canada motive les universités à se consacrer davantage à la recherche d’avant-garde et à accroître les « percées canadiennes » afin de favoriser les découvertes et les innovations qui assureront le bien-être individuel, social et économique de nombreuses générations de Canadiens.

Il repose sur les principes de l’attribution par concours ouvert et d’examen par les pairs, et appuie l’excellence dans toutes les universités canadiennes où elle se manifeste, en tenant compte du besoin d’engagement à long terme. Cette démarche visionnaire favorise la mise en place de stratégies audacieuses et ambitieuses. Elle nous permet d’attirer et de maintenir en poste les meilleurs chercheurs ainsi que d’inspirer une nouvelle génération d’innovateurs.

Une telle intensité en recherche profite à l’économie et aux étudiants. Nos chercheurs collaborent déjà avec des entreprises, le gouvernement, des partenaires de la collectivité et des organismes à but non lucratif afin de mettre en place des solutions et des structures efficaces. Le nombre d’étudiants aux cycles supérieurs a déjà considérablement augmenté. À la University of Victoria, leur nombre a plus que doublé depuis 2000. Et tous bénéficient d’une formation offerte dans un milieu fortement axé sur la recherche. Après tout, ce sont eux qui demain innoveront, résoudront des problèmes, dirigeront la recherche et seront chefs d’entreprise. Leur créativité sera essentielle à la prospérité sociale et économique à long terme.

À mon retour sur le campus la semaine dernière, bien informé sur le programme, j’ai vu des étudiants déployer beaucoup d’efforts pour mettre la touche finale à leurs travaux pratiques et étudier en vue de leurs examens, certains pour la première fois de leur vie. Grâce à ce nouvel investissement substantiel axé sur l’avenir, nul ne peut imaginer ce que ces étudiants découvriront dans quelques années.

-30-

Catégorie :  Recherche et innovation

À propos d’Universités Canada
Porte-parole des universités canadiennes au Canada et à l’étranger, Universités Canada fait la promotion de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au profit de tous les Canadiens.

Personne-ressource :
Helen Murphy
Directrice, Communications
Universités Canada
hmurphy@univcan.ca
Tél. : 613 563-3961, poste 238
Cell. : 613 608-8749

← Précédent
Réponse au reportage par la CBC au sujet des agressions sexuelles sur les campus
Prochain →
L’internationalisation des universités profite à tous

Nouvelles connexes

Universités Canada