Un rapport national incite à passer à l’action pour favoriser les études à l’étranger

8 novembre 2017
Nouvelles

OTTAWA – Selon le rapport du Groupe d’étude sur l’éducation mondiale paru aujourd’hui, un nombre insuffisant d’étudiants canadiens de niveau postsecondaire ont la possibilité de profiter de la précieuse expérience internationale dont ils ont besoin pour réussir sur le marché du travail du XXIe siècle.

Intitulé Éducation mondiale pour les Canadiens : Outiller les jeunes Canadiens pour leur réussite au Canada et à l’étranger, le rapport précise la nécessité plus criante que jamais de permettre aux jeunes Canadiens d’obtenir une éducation internationale. En raison de la nature du travail qui évolue, de l’intolérance mondiale qui va croissant et du centre de l’économie mondiale qui se déplace, les étudiants doivent acquérir les compétences et les connaissances qui permettront au Canada d’être un chef de file dans le marché mondial en évolution.

« Les universités canadiennes appuient fermement les recommandations du rapport, a déclaré Paul Davidson, président-directeur général d’Universités Canada. À une époque marquée par la fermeture des frontières et des esprits, le monde s’attend à ce que le Canada fasse preuve de leadership en matière de recherche, d’innovation et de diplomatie. La prochaine génération de chefs de file et d’innovateurs doit acquérir des compétences mondiales de base afin d’être en mesure de saisir le moment historique qui se présente à nous.»

Le rapport du Groupe d’étude sur l’éducation mondiale établit un plan ciblé à l’intention des gouvernements, des établissements d’enseignement supérieur et du secteur privé visant à accroître substantiellement, au cours des 10 prochaines années, le nombre de jeunes qui participent à des programmes d’études à l’étranger, à des programmes coopératifs, ou à des stages – et particulièrement à augmenter le taux de participation des jeunes Autochtones et des membres des groupes marginalisés.

Alors que 97 pour cent des universités canadiennes offrent de telles possibilités d’apprentissage, seuls 3,1 pour cent des étudiants de chaque année du premier cycle, soit environ 11 pour cent per cent pour l’ensemble du premier cycle, vivent une expérience de mobilité internationale.

Le groupe d’étude recommande que des mesures soient prises pour porter le nombre d’étudiants canadiens de niveau postsecondaire qui font un séjour d’études à l’étranger à 25 pour cent au cours des 10 prochaines années. Il demande aussi d’augmenter la proportion d’étudiants qui vont dans un pays émergent et d’améliorer l’accès à de telles expériences pour les étudiants de tous les milieux.

Le Groupe d’étude sur l’éducation mondiale est un groupe indépendant composé d’experts des politiques canadiennes, de dirigeants du secteur privé et de dirigeants de collèges et d’universités. Les coprésidents sont Margaret Biggs, titulaire de la chaire de recherche Matthews en politiques publiques mondiales de la Queen’s University et ancienne présidente de l’Agence canadienne de développement international, ainsi que Roland Paris, professeur adjoint en affaires publiques et internationales à l’Université d’Ottawa, et ancien conseiller en matière d’affaires étrangères auprès du premier ministre Trudeau.

-30-

Catégorie :  Coop et stages, Études à l’étranger, International

À propos d’Universités Canada
Porte-parole des universités canadiennes au Canada et à l’étranger, Universités Canada fait la promotion de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au profit de tous les Canadiens.

Personnes-ressources :
Helen Murphy
Directrice, Communications
Universités Canada
hmurphy@univcan.ca
Tél. : 613 563-3961, poste 238
Cell. : 613 608-8749

Brenna Baggs
Gestionnaire des communications
Universités Canada
bbaggs@univcan.ca
Tél. :  613 563-3961, poste 255

← Précédent
Le Forum sur la réconciliation favorise le changement institutionnel dans les universités
Prochain →
L’avenir sera interdisciplinaire

Nouvelles connexes

Universités Canada