Mémoire prébudgétaire 2022 : Investir dans les personnes et les idées afin d’accélérer la reprise sociale et économique du Canada

10 août 2021
Publication

La pandémie de COVID-19 a refaçonné notre monde et accéléré de nombreuses tendances économiques et sociales, et les politiques publiques canadiennes doivent tenir compte des nouvelles réalités. Grâce aux investissements dans les personnes et les idées, le Canada pourra relever les défis qui l’attendent, générer une croissance économique inclusive et favoriser une reprise sociale juste et équitable. 

L’intervention du Canada en matière de santé ainsi que les efforts des intervenants de première ligne et des travailleurs essentiels ont été au cœur des préoccupations. Ces activités ont été appuyées par la recherche de pointe, des chercheurs de premier ordre et le talent formé par les universités canadiennes au fil des décennies. Bien que les vaccins contre la COVID-19 aient été mis au point en dix mois à peine, ils sont le fruit d’une trentaine d’années de recherche axée sur la découverte menée, en partie, dans les universités canadiennes. Cela illustre la nécessité d’investissements soutenus dans l’écosystème de recherche canadien pour relever les défis d’aujourd’hui et des 30 prochaines années.  

Les universités canadiennes ont été des piliers de leurs collectivités tout au long de la pandémie. Elles ont augmenté leur effectif étudiant, assumé leur mission éducative, procuré des environnements d’apprentissage sécuritaires et aidé à stabiliser l’économie de leurs collectivités locales. En somme, les universités ont soutenu la population canadienne et elles sont maintenant prêtes à accélérer la reprise socioéconomique au pays.  

La pandémie a entraîné un recul de la compétitivité du Canada. De nombreux pays du G7 ont réagi à la pandémie en réinvestissant massivement dans leurs écosystèmes de recherche, y compris dans la recherche axée sur la découverte et la mobilisation des connaissances. Aux États-Unis, par exemple, l’Innovation and Competition Act prévoit un investissement de 250 milliards de dollars dans la science axée sur la découverte, la recherche de pointe et la commercialisation.  

Nous devons adopter une vision comparable afin d’assurer la croissance économique du Canada, de favoriser la durabilité et l’inclusion, et de préparer le pays à mieux répondre aux urgences. Il faut investir dans les personnes et les idées, et les universités peuvent être des partenaires clés pour relever ces défis, aussi bien au sein des collectivités locales qu’à l’échelle nationale et internationale. 

Recommandation 1 :  

Investir dans une diversité de talents canadiens et étrangers, au premier cycle et aux cycles supérieurs, pour composer avec un contexte mondial de plus en plus concurrentiel. 

Recommandation 2 :  

Accroître les investissements dans la recherche canadienne afin qu’elle puisse atteindre des niveaux concurrentiels à l’échelle internationale, y compris dans la recherche fondamentale par l’entremise des organismes subventionnaires fédéraux, la mobilisation des connaissances et la collaboration internationale en matière de recherche.  

Recommandation 3 :  

Investir dans des infrastructures écologiques, numériques et accessibles afin de créer des campus et milieux d’apprentissage sécuritaires, verts et adaptés à l’ère numérique. 

Catégorie :  Coop et stages, International, Recherche et innovation

← Précédent
BRE Rapport annuel 2020/2021
Prochain →
Rencontrez les boursiers de la famille Weston 2021

Publications connexes

Universités Canada