Partenariats entre universités et secteur privé : Avantages pour les petites et moyennes entreprises

9 mai 2013
Vidéo

Transcription

[♪ Musique instrumentale ♪ ]

[Image d’un cerveau formé d’engrenages qui bougent]

Texte sur l’écran : [Partenariats entre les universités et le secteur privé]

Texte sur l’écran : [Avantages pour les petites et moyennes entreprises]

André H. Caron, professeur titulaire au Département de communication, Université de Montréal :
L’entreprise privée profite de l’infrastructure de l’université. Elle profite [de ses] chercheurs de calibre qui sont déjà payés, qui ont déjà un salaire et tout ça. Donc la raison c’est l’avancement de la science et c’est une façon d’être aussi quelque chose ou quelqu’un qui est capable de contribuer à la société.

Donc si on peut trouver le bon arrimage, en anglais on dit the right mix, on va à ce moment-là contribuer à la fois à l’entreprise, mais l’entreprise va aussi contribuer à l’université.

Pendant que parle André Caron :

[Trois étudiantes travaillent dans une salle d’études.]

[Trois étudiants travaillent dans un laboratoire.]

[Une étudiante cherche des spécimens dans un gros filet de pêche en bordure d’une rivière.]

[Un étudiant portant des lunettes protectrices examine des bouteilles dans un laboratoire.]

[Un professeur écoute un groupe d’étudiants discuter à une table.]

Gisèle Levesque, agente d’innovation, Bureau de soutien à l’innovation, Université de Moncton :
L’économie canadienne est basée beaucoup sur les petites entreprises. Donc si on stimule les petites entreprises à faire des collaborations avec les universités, on va définitivement bénéficier de produits beaucoup plus novateurs.

Andrée De Serres, agente d’innovation, Bureau de soutien à l’innovation, Université de Moncton :
On est gagnant tous les deux parce que dans les universités, on a des recherches qu’on peut produire, on a des maîtrises qu’on peut terminer, [et] on a des thèses de doctorat qu’on peut réaliser parce qu’on a un terrain. Les entreprises sont tout aussi gagnantes, et ce n’est pas que l’entreprise qui est l’objet de la recherche qui va être gagnante. Si c’est un mémoire ou une thèse, c’est de la recherche publique, donc l’ensemble de l’industrie et de la société canadienne est gagnant.

Pendant que parle Andrée De Serres :

[Une étudiante tient un petit poisson avec des pinces dans un laboratoire.]

[Un chercheur explique un procédé à un étudiant dans un laboratoire.]

[Des étudiants examinent des plants en caissettes dans une serre.]

Sabin Boily, directeur de l’innovation et des relations avec l’industrie, École de technologie supérieure :
Notre grand défi c’est d’ajuster notre offre à la demande qui est absolument énorme. Quand on regarde au niveau des entreprises technologiques, elles ont habituellement peu de moyens financiers, des problématiques au niveau des équipements, ou encore au niveau du personnel pour la recherche et développement. On croit fermement, fortement, que les collaborations université-entreprise permettent justement aux entreprises canadiennes d’être compétitives à l’international.

Pendant que parle Sabin Boily :

[Un chercheur devant un appareil d’imagerie par résonance magnétique.]

[Trois étudiants font leurs devoirs assis à une table à pique-nique.]

[Deux hommes travaillent sur des appareils dans un laboratoire.]

Texte sur l’écran : [Des idées au travail pour les Canadiens]

[Image d’un cerveau formé d’engrenages qui bougent]

Les partenariats entre les universités et le secteur privé offrent des avantages aux étudiants universitaires au Canada.

Catégorie :  Recherche et innovation

← Précédent
Engagement communautaire
Prochain →
Partenariats entre les universités et le secteur privé : Tournés vers l’avenir

Vidéos connexes

Universités Canada