Initiatives relatives à l’équité, la diversité et l’inclusion dans les universités canadiennes

Après la pandémie, les universités canadiennes auront un rôle essentiel à jouer afin de reconstruire en mieux, ici et ailleurs. En tant que piliers de leurs collectivités, elles sont déterminées à améliorer et à enrichir la vie de tous par la recherche, l’innovation, l’apprentissage et l’acquisition de compétences. Les travaux qu’elles mènent au pays et à l’étranger sont indispensables à la création d’un monde résilient et équitable ainsi qu’à l’atteinte des objectifs de développement durable des Nations Unies.

Cette série d’articles présente la perspective de chefs d’établissement de partout au pays et met en lumière certaines des initiatives menées par leur université qui contribuent à façonner un avenir durable et inclusif.


4 novembre 2021

L’université, un acteur clé dans la lutte contre les changements climatiques

Publié par
Pierre Cossette
Recteur de l’Université de Sherbrooke

La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques COP 26, accueillie par le Royaume-Uni en partenariat avec l’Italie, se tient actuellement à Glasgow. Le rehaussement des cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), la résilience climatique de même que des questions fondamentales d’équité sont au cœur des discussions. Face à ces enjeux inédits, nos universités ont un rôle essentiel, voire crucial à jouer.

L’Université de Sherbrooke (UdeS) fait le pari de contribuer à relever ce défi planétaire en visant l’exemplarité pour décarboner ses propres opérations tout autant qu’en misant sur le développement de la recherche, son offre de formation et différents partenariats avec des acteurs de la collectivité. Mais surtout, l’UdeS table sur les synergies émergeant de ces différentes sphères d’activités.

Depuis 2002, le programme d’efficacité énergétique de l’UdeS, avec ses quelque 45 projets distincts, notamment en géothermie ou en conversion énergétique par exemple, a permis de réduire de 63,5 % les émissions de GES liées aux bâtiments de nos trois campus et d’améliorer la performance énergétique de 44,4 %. Ces gains environnementaux appréciables s’accompagnent d’une réduction nette de la consommation énergétique de 13,6 % et des économies récurrentes annuelles estimées à 3,5 M$. Ils se sont produits alors que nous avons connu des développements majeurs avec des augmentations de 59,9 % de notre effectif étudiant et de 55,4 % de notre superficie.

La carboneutralité – voire la carbonégativité – d’ici 2030 est la prochaine cible que nous nous sommes fixée et inscrite à notre budget, une démarche pionnière au Canada. La réduction des émissions y est priorisée tout en recourant à la compensation lorsque nécessaire, tout en établissant des balises et processus clairs, telle la carboneutralité de tout nouvel espace, ou la prise en compte de l’impact carbone dans la planification des projets immobiliers.

Depuis trois ans, l’énergie produite par le parc solaire de l’UdeS, le plus grand dédié à la recherche appliquée au Canada, fait partie du bouquet de sources énergétiques de l’UdeS. Cette infrastructure partenariale s’inscrit dans notre écosystème de recherche et d’innovation dans le domaine des énergies renouvelables, de technologies vertes et de l’efficacité énergétique. En axant ses travaux sur le développement de biocombustibles et de bioproduits, notre Laboratoire des technologies de la biomasse offre des perspectives prometteuses pour différents secteurs d’activités. Pour éclairer la prise de décision alors que nos écosystèmes autant que nos sociétés composent déjà avec les changements climatiques, Le Climatoscope est une revue interdisciplinaire de vulgarisation scientifique conçue chez nous, qui ouvre à une véritable réflexion et au dialogue sur les enjeux climatiques et pistes de solutions pour y faire face.

Complémentairement à son offre de formations spécialisées en environnement et développement durable, l’engagement de l’Université de Sherbrooke est de soutenir le développement des compétences liées à l’écoresponsabilité, (relativement à l’environnement physique autant que social) tout en offrant à sa communauté étudiante des occasions de s’exercer et de passer à l’action. Alors que les programmes de formation se transforment, les possibilités pour les personnes étudiantes de s’engager se multiplient : activités curriculaires ou extracurriculaires, sur les campus autant que dans la collectivité. Les mesures déployées sur les campus en matière par exemple de mobilité durable, de gestion des matières résiduelles, d’aménagement et même d’équité, de diversité et d’inclusion participent aussi à ce changement de culture qui touche l’ensemble de la communauté de l’UdeS.

Si l’on peut se réjouir de ces avancées importantes qui se passent dans notre université comme dans bien d’autres d’ailleurs, les défis demeurent colossaux, posant des questions fondamentales d’équité et de responsabilité. Les Objectifs de développement durable de l’ONU (ODD), qui seront au cœur du prochain plan de développement durable de l’UdeS, nous le rappellent avec justesse.

Véritables laboratoires d’innovations et de transformations, nos universités sont en mesure de contribuer, voire d’accélérer la nécessaire transition socio-écologique, tout en formant une génération de diplômées et de diplômés sensibilisés à l’écoresponsabilité. Ce faisant, l’enseignement, la recherche, les opérations universitaires y gagnent tout autant que la collectivité, qu’elle soit locale ou planétaire.

Renseignements

Sandra Boisvert
Responsable des retombées sociales
sboisvert@univcan.ca