Memorial University of Newfoundland : études au premier cycle

Apprendre dans la rue

L’apprentissage par le service communautaire enrichit l’expérience au premier cycle à la Memorial University

À quoi ressemble le fait d’être sans abri? D’avoir une dépendance? C’est le genre de questions que les étudiants de la Memorial University of Newfoundland se sont posées lorsqu’ils ont préparé et servi un repas pour plus de 75 membres de la collectivité vivant dans la pauvreté, et par la suite, en se promenant dans les rues de St. John’s, T.-N.-L., simulant de telles difficultés dans le cadre d’un projet unique de services à la collectivité.

Une cinquantaine d’étudiants – soit un des groupes qui participaient à la journée de l’apprentissage par le service communautaire de l’Université en octobre dernier – ont accordé une importance particulière aux liens et aux conversations lorsqu’ils ont servi un repas chaud lors du deuxième déjeuner de Street Reach, un projet de service à la collectivité qui permet aux étudiants de se familiariser avec les enjeux auxquels font face les membres les plus marginalisés de notre société.

« Cette expérience a été pour moi l’un des moments les plus mémorables et les plus significatifs de mon semestre, et je n’hésiterais pas à recommencer si j’en avais la chance », a déclaré Laura Bonnell, étudiante en psychologie.

« Expérimenter concrètement les principes dont on a discuté en classe m’a permis de revoir mes idées préconçues et d’assimiler l’information. C’était très gratifiant de pouvoir redonner à ma collectivité et de créer des liens avec les gens. L’expérience m’a donné envie de continuer à faire du bénévolat dans ce domaine et m’a montré l’importance de la philanthropie. »

Ouvert aux étudiants de toutes les disciplines, le projet Street Reach a suscité un intérêt particulier dans la classe de psychologie 4650 (dépendances) de Lilly Walker. Il comportait une importante composante théorique étudiée dans ce cours et la production d’un document de réflexion et d’un sommaire.

« Les étudiants ont beaucoup appris. Le volet de services à la collectivité a grandement enrichi leur expérience, explique Mme Walker. Ils n’ont cessé de répéter à quel point l’expérience avait changé leur perception d’eux-mêmes, des autres, des dépendances et des gens en général. C’est vraiment intéressant de lire leurs travaux et de constater tout ce qu’ils ont découvert et appris. »

Coordonnatrice bénévole du projet Street Reach, Jenni MacPherson affirme pour sa part que les expériences qui rapprochent les gens ne peuvent que mener à une recherche d’équité en aidant à lever les obstacles et à éliminer les préjugés. « Si nous parvenons à changer la perception des jeunes vis-à-vis des sans-abris, de la pauvreté, des dépendances, de la santé mentale, et du recours à l’aide sociale, ils en seront transformés pour leur vie entière. »

L’expérience a procuré plusieurs moments de prise de conscience, soutient Penny Cofield, coordonnatrice de l’apprentissage par l’expérience au département du développement professionnel et de l’apprentissage par l’expérience de la Memorial University.

« Entendre l’histoire de quelqu’un de vive voix est très émouvant, on ne l’oublie pas », dit-elle.

L’apprentissage par le service fait partie intégrante de la formation offerte à la Memorial University depuis 2004. Grâce à des projets ou des activités parascolaires de bénévolat, les étudiants participent à des projets de service dans des domaines aussi variés que les systèmes alimentaires durables, les soins aux aînés, la justice sociale, la protection des animaux, et la bonne gestion de la nature. La journée annuelle de l’apprentissage par le service communautaire offre de plus en plus de possibilités de s’engager et connaît un intérêt croissant. Mme Cofield affirme que plus de 1 800 étudiants y ont participé depuis 2004.

« L’éducation devrait comprendre la possibilité de développer son plein potentiel, de se former, de relever des défis et d’élargir son univers. [C’est tellement bénéfique.] », estime Mme Cofield, qui n’est pas la seule à penser ainsi.

« Les étudiants ont l’occasion de réfléchir au monde d’une manière nouvelle, de se voir en action et de créer des liens avec des gens qu’ils n’auraient peut-être jamais rencontrés autrement », dit-elle.

« Ils peuvent se voir de manière entièrement différente et apprendre énormément de cette expérience. »

Universities Canada