Ryerson University : études au premier cycle

Compétitionner à Hollywood

Un stage instensif amène les étudiants de la Ryerson University au « siège social mondial de la télévision »

Le stage de la School of Radio and Television Arts à Los Angeles démystifie la scène hollywoodienne pour la prochaine génération de travailleurs des médias canadiens

Les étudiants au premier cycle de la School of Radio and Television Arts de la Ryerson University ont la chance de s’initier à l’industrie cinématographique et télévisuelle que leurs professeurs leur envient : un stage intensif de deux semaines au sein de l’industrie télévisuelle de Los Angeles.

Organisé en collaboration avec la University of California in Los Angeles (UCLA), le stage de la School of Radio and Television Arts comprend des cours magistraux, des ateliers, des périodes de questions, des exposés et des activités socioculturelles qui permettent aux étudiants de rencontrer entre autres des producteurs et des réalisateurs chevronnés d’Hollywood. Les 80 candidatures reçues par les professeurs de la School of Radio and Television Arts pour combler les 30 places offertes en 2012 témoignent de son caractère unique.

Donner un avantage concurrentiel aux créateurs canadiens

« Ces étudiants sont si bien initiés à l’industrie d’Hollywood, qu’il nous aura fallu, à mes collègues et à moi-même, cinq ou six voyages à Los Angeles pour en savoir autant », indique Charles Falzon, directeur de l’école des médias de la School of Radio and Television Arts et producteur télévisuel. « Los Angeles est toujours le siège social mondial de la production télévisuelle, et si vous n’êtes pas au fait de ce qui s’y passe, vous perdrez probablement votre capacité concurrentielle. »

Wil Noack, étudiant de quatrième année ayant participé au stage en 2012, affirme que profiter d’un accès direct aux gens de l’industrie revêt une valeur inestimable. Joel Surnow, producteur de la série 24 et ancien étudiant de la Ryerson University, ainsi que le producteur de Hell’s Kitchen, Arthur Smith, étaient au nombre des spécialistes rencontrés. De plus, environ 40 pour cent du temps passé en classe était consacré à des discussions donnant l’occasion aux étudiants de sonder l’esprit de ces ténors de l’industrie du divertissement.

Selon M. Noack, « Les périodes de questions ainsi que les réceptions étaient les moments les plus intéressants. Nous avions alors la chance de mettre en pratique ce que nous avions appris : prendre le devant de la scène et défendre nos idées. » Il ajoute que les étudiants ont pu tirer de précieuses leçons des ateliers de scénarisation réalistes, qui les ont plongés dans les rouages des séries télévisées d’Hollywood.

Aller à Hollywood en toute confiance

« Les professeurs de la UCLA nous répètent que nos étudiants les impressionnent, par leur capacité à exposer des concepts et des programmes et leur facilité à interagir avec les professionnels de l’industrie, indique M. Falzon. Nous les préparons au stage et le stage les prépare à poursuivre une carrière dans l’industrie. »

M. Noack affirme que le stage de la School of Radio and Television Arts à Los Angeles lui aura été bénéfique, peu importe où son parcours professionnel le mènera. « Il s’agit d’une des expériences les plus enrichissantes de ma vie. Ce que j’y ai appris pourra me servir dans tous mes projets. »

M. Falzon conclut qu’un des principaux avantages du stage est la façon dont il démystifie Hollywood pour les étudiants au premier cycle.

« C’est une façon pour eux d’apprivoiser Los Angeles et de voir à quoi ressemble le marché, soutient-il. Les étudiants d’ici croient que c’est plus grand que ce ne l’est en réalité. Nous voulons leur montrer qu’ils sont à la hauteur, là et partout ailleurs. »

Universities Canada