University of Manitoba : études au premier cycle

Nouveau modèle d’apprentissage du leadership

Diversité, différence et mode de pensée non conventionnel caractérisent le nouveau programme de formation en leadership des étudiants de la University of Manitoba

Nardine Abdelsayed, une étudiante de deuxième année en sciences à la University of Manitoba, dit s’être sentie stimulée et motivée à changer les choses à l’issue de la première rencontre organisée dans le cadre du programme de formation en leadership des étudiants de l’Université et « avoir le sentiment d’en être capable ».

Ses mots témoignent de l’impact qu’entraîne la démarche novatrice du programme. En effet, non seulement le programme expose les étudiants à un large éventail de dirigeants et de mécanismes de leadership, mais il permet également aux étudiants au premier cycle de travailler de concert avec des étudiants au doctorat et à la maîtrise en vue d’acquérir et d’appliquer un ensemble de compétences en leadership vaste et diversifié.

La diversité d’âge, de niveaux universitaires et de disciplines (de nature aussi variée que l’agriculture et la kinésiologie) enrichit l’expérience de formation en leadership de tous les participants et renforce le lien que forgent les étudiants au premier cycle avec l’Université.

« Les universités ont tendance à séparer les étudiants au premier cycle des étudiants aux cycles supérieurs, indique Cora Dupuis, coordonnatrice du leadership étudiant au sein du tout nouveau bureau de la vie étudiante de la University of Manitoba, dont relève le programme. Nous avons constaté que le fait de réunir une clientèle variée élargit les perspectives. »

Apprendre des dirigeants

Le programme de formation en leadership des étudiants a été lancé en janvier 2013 sous forme de projet pilote auprès d’un groupe initial de 26 participants. Les activités de formation reposent sur une série d’ateliers hebdomadaires animés par des conférenciers, entre autres des dirigeants œuvrant au sein de la collectivité, du corps professoral de l’Université ou d’ailleurs.

Le programme vise à mettre les étudiants en contact avec des perspectives de leadership parmi les plus variées qui soient. Ainsi, peuvent s’enchaîner au fil des semaines l’atelier d’un professeur d’administration, d’un dirigeant d’une collectivité des Premières Nations et d’un responsable d’organisme à but non lucratif de la région. Le programme atteint son point culminant à la septième semaine, alors qu’un projet d’intégration permet aux participants de mettre en application leurs nouvelles compétences en leadership au profit du campus ou de la collectivité.

« Nous avons peu défini le critère portant sur l’intégration du projet et en laissons l’initiative aux étudiants, précise Mme Dupuis. Un des groupes prévoit une activité communautaire gratuite de patinage sur notre patinoire extérieure. Un autre organise une collecte d’équipements de sport qui seront remis par la suite à des enfants et un troisième a décidé de créer une carte sur vidéo pour permettre aux nouveaux étudiants de se familiariser avec le système de tunnels de notre campus. »

Dans tous les cas, les étudiants ont la possibilité de constater que le leadership peut être de nature créative et participative et exiger des efforts de coopération.

Un apprentissage qui dure toute une vie

« Les leçons concernant le leadership sont vastes. Leur portée va au-delà des projets de grande envergure, déclare Mme Abdelsayed au sujet de son expérience au sein du programme. On nous apprend à réfléchir aux enjeux par nous-mêmes sans nous fier nécessairement aux opinions d’autrui. Selon moi, cette leçon est l’une des plus importantes d’entre toutes. »

Mme Dupuis indique par ailleurs qu’en raison de ce premier succès, le bureau de la vie étudiante souhaite élargir son programme en accueillant simultanément deux groupes à l’automne 2013, de sorte que de 50 à 60 étudiants pourront en bénéficier.

« Ce programme nous aide à repousser nos limites intellectuelles à l’égard de ce que nous sommes capables de faire, conclut Mme Abdelsayed. L’Université nous permet de mieux connaître le monde tandis que ce programme nous pousse à mieux nous connaître nous-mêmes. »

Universities Canada