La rentrée de 2017 : les faits saillants

Préparer la prochaine génération de chefs de file canadiens

Cet automne, plus d’un million d’étudiants partiront pour l’université pour acquérir les compétences et les connaissances dont ils auront besoin pour réaliser leur plein potentiel et évoluer dans un monde en pleine transformation.

Grâce à des expériences concrètes de recherche, à l’apprentissage intégré au travail, aux nouveaux outils technologiques et aux méthodes d’apprentissage novatrices en salle de classe, ils acquerront une formation digne du XXIe siècle.

Passeport pour la découverte

  • 1/4
    participent à de la recherche

    Le quart des étudiants au premier cycle participent à de la recherche auprès de professeurs. Ces expériences suscitent la passion des étudiants pour la découverte et leur permettent d’acquérir des aptitudes en résolution de problèmes.

    Source : Enquête nationale sur la participation étudiante, 2016
  • 70 %
    sont satisfaits de l’apprentissage hors de la classe

    Les étudiants se disent satisfaits ou très satisfaits des occasions qui leur sont offertes d’enrichir leur formation par des activités hors de la salle de classe, comme la recherche, l’apprentissage par le service et les échanges étudiants.

    Source : Consortium canadien de recherche sur les étudiants universitaires, Graduating Student Survey, 2015.

Emploi et entrepreneuriat

  • 1,6 M
    en nouveaux emplois

    De mars 2008 à mars 2017, 1 574 200 nouveaux emplois nets ont été créés pour les diplômés des universités, soit près de trois fois plus que pour les diplômés de tous les autres types d’établissements d’enseignement postsecondaire combinés.

    Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2008-2017.
  • 70 %
    d'augmentation des salaires

    Les salaires des diplômés en sciences humaines augmentent de plus de 70 pour cent pendant les huit années qui suivent l’obtention de leur diplôme – comme c'est le cas pour les diplômés en génie et en science.

    Source : Initiative de recherche sur les politiques de l’éducation, Barista ou mieux? Où un diplôme collégial ou universitaire vous mènera-t-il?, 2016.

Perspective mondiale

  • 3,1 %
    font des études à l’étranger

    Seuls 3,1 pour cent des étudiants chaque année, ou 11 pour cent au cours du premier cycle, vivent une expérience de mobilité internationale qui peut comprendre des échanges, des stages, des programmes de travail-études, ou du bénévolat.

    Source : Enquête sur l’internationalisation d’Universités Canada, 2014; National Survey Student Engagement, NSSE Annual Results, 2015 et 2016.
  • 80 %
    y voient des avantages professionnels

    Plus de 80 pour cent des employeurs canadiens qui embauchent des diplômés possédant une compréhension interculturelle et une connaissance d’un marché étranger estiment qu’ils sont des atouts concurrentiels pour leur entreprise.

    Source : Sondage auprès des employeurs de Léger Marketing pour Universités Canada, 2014.
  • 97 %
    offrent des possibilités d’expérience à l’étranger

    La majorité des universités canadiennes offrent à leurs étudiants la possibilité de vivre des expériences à l’étranger, que ce soit sous forme de séjours d’études, de bénévolat, ou de recherche.

    Source : Enquête d’Universités Canada sur l’internationalisation, 2014.
  • 175 000
    étudiants étrangers au Canada

    Le nombre d’étudiants étrangers a plus que doublé, passant de 83 000 en 2006 à plus de 175 000 en 2016, avec un taux de croissance annuel moyen de sept pour cent au cours de cette période.

    Source : Estimations d’Universités Canada, 2016.
  • 11,4 G$
    en retombées économiques

    On estime que, en 2014, les étudiants étrangers au Canada ont dépensé environ 11,4 milliards de dollars en frais de scolarité et d’hébergement et en dépenses diverses – plus que ce que représentent les exportations de bois mou ou de blé.

    Source : Affaires mondiales Canada, Impact économique du secteur de l’éducation internationale au Canada, 2016; Gouvernement du Canada, Données sur le commerce en direct.

La réconciliation par l'éducation

  • 70 %
    appuient le leadership autochtone

    Plus de 70 pour cent des universités canadiennes prennent des mesures pour intégrer la représentation autochtone au sein de leurs structures de direction et de gouvernance.

    Source : Enquête d’Universités Canada, 2017.
  • 80 %
    favorisent les échanges culturels

    Près de 80 pour cent des universités font la promotion de l’engagement interculturel en organisant des événements, des forums et des cercles de discussion, et en offrant de la formation en matière de compétences culturelles ou de réconciliation.

    Source : Enquête d’Universités Canada, 2017.
  • 70 %
    font progresser la réconciliation

    Près de 70 pour cent des universités ont déjà élaboré ou élaborent actuellement des plans stratégiques pour faire progresser la réconciliation.

    Source : Enquête d’Universités Canada, 2017.
  • 2/3
    intègrent la recherche autochtone

    Les deux tiers des universités intègrent les savoirs, les méthodes et les protocoles autochtones aux pratiques et aux projets de recherche.

    Source : Enquête d’Universités Canada, 2017.
  • 1,4 %
    possèdent un diplôme d’études supérieures

    Seuls 1,4 pour cent des Canadiens autochtones âgés de 25 à 34 ans sont titulaires d’une maîtrise ou d’un doctorat, comparativement à 6,4 pour cent chez les non-Autochtones canadiens du même groupe d’âge.

    Source : Statistique Canada, Enquête nationale sur les ménages, 2011.
Universités Canada