Expérience compétences mondiales, le Programme pilote de mobilité étudiante vers l’étranger du gouvernement du Canada.

Doter les étudiants canadiens de compétences mondiales – un avantage pour tous

Quand les jeunes canadiens travaillent ou étudient à l’étranger, ils forment des liens et acquièrent de l’expérience, des compétences et des connaissances qui stimulent leur carrière et qui favorisent la prospérité économique du Canada.

Aperçu

Le programme Expérience compétences mondiales (ECM), qui fait partie intégrante de la Stratégie en matière d’éducation internationale du gouvernement fédéral, permettra à des milliers d’étudiants de niveau postsecondaire d’acquérir l’expérience inestimable que procurent les études ou le travail à l’étranger, renforçant ainsi leurs compétences internationales. Ce programme est financé par Emploi et Développement social Canada, et administré conjointement par Universités Canada et Collèges et instituts Canada (CICan).

Le programme ECM est conçu pour favoriser la participation d’étudiants à faible revenu, d’étudiants handicapés et d’étudiants autochtones à des expériences d’études ou de travail à l’étranger. Il constitue aussi une étape importante dans la réalisation des objectifs de diversification commerciale du Canada et le renforcement de ses réseaux internationaux.

L’APPEL DE PROPOSITIONS EST LANCÉ

Nous sommes heureux d’inviter toutes les universités canadiennes à présenter jusqu’à deux propositions de projet dans le cadre du programme ECM. Les projets de travail ou d’études à l’étranger proposés peuvent durer au plus quatre ans, soit de 2021 à 2025.

Afin d’offrir des expériences sécuritaires et enrichissantes aux étudiants, le programme de 2021-2025 permettra aux établissements d’allier les expériences de mobilité virtuelle et physique jusqu’à ce que les restrictions de voyage soient levées.

Les propositions de projet doivent être soumises en anglais ou en français sur le portail d’Universités Canada avant le 30 juin 2021 à 15 h (HE). Les candidats devront se créer un compte et un profil pour pouvoir accéder au formulaire de demande.

L’ouverture d’un compte peut prendre jusqu’à 48 heures. Il est conseillé de créer un compte dès le début du processus de demande.

Webinaire : Universités Canada organisera un webinaire le 17 mai 2021 de 13 h à 14 h (HE) pour répondre aux questions concernant l’appel de propositions. Veuillez inscrire au webinaire avant le 13 mai 2021 en utilisant le lien d’inscription

Foire aux questions

Étant donné le volume élevé de questions relatives au programme Expérience compétences mondiales (ECM) que nous recevons, les réponses individuelles ne seront plus affichées sur le site Web du programme. Nous avons conçu la Foire aux questions (FAQ) ci-dessous qui devrait répondre à vos questions, sinon, veuillez écrire à studentmobility@univcan.ca.

La FAQ a été mise à jour le vendredi 11 juin 2021.

-

Admissibilité et critères Nouveau

Q : Dans la section 3.3 sur la participation des étudiants, comment faut-il compter les étudiants qui appartiennent à plusieurs catégories (étudiants autochtones, étudiants à faible revenu, etc.)?   

R : Dans le cadre de l’appel de propositions, notamment à la section 3.3, chaque étudiant ne doit être compté que dans une seule catégorie. Les universités dont les projets seront financés pourront ensuite tenir compte de toutes les catégories auxquelles appartient un étudiant. 

Q : Dans la section 3.3 sur la participation des étudiants, comment faut-il compter les étudiants qui appartiennent à plusieurs catégories (étudiants autochtones, étudiants à faible revenu, etc.)?   

R : Dans le cadre de l’appel de propositions, notamment à la section 3.3, chaque étudiant ne doit être compté que dans une seule catégorie. Les universités dont les projets seront financés pourront ensuite tenir compte de toutes les catégories auxquelles appartient un étudiant. 

Q : Les étudiants en médecine ou inscrits à des programmes COOP sont-ils admissibles au programme?

R : Il incombe à chaque université de déterminer si un programme universitaire est considéré comme étant un programme de premier cycle. Les programmes aux cycles supérieurs (programmes de maîtrise, de doctorat et de postdoctorat) ne sont pas admissibles au financement. Veuillez noter que tous les étudiants doivent répondre aux critères d’admissibilité décrits dans la section 2.2 des lignes directrices. De plus, leur participation au programme doit être reconnue sur le plan des études.

Q : Est-il possible de redéfinir ce qui est considéré comme étant à court, à moyen et à long terme dans notre établissement?

R : Les paramètres établis dans les lignes directrices doivent être respectés afin d’assurer la cohérence du processus d’évaluation. Les paramètres concernant la durée ne peuvent être modifiés; vous êtes donc tenu de les respecter. Cependant, dans le message accompagnant votre budget, n’hésitez pas à indiquer de quelle manière vous avez composé avec la différence entre la définition de durée selon le programme et selon votre établissement, car le comité de sélection se penchera sur la question.

Q : Doit-on être membre d’Universités Canada pour demander du financement? 

R : Les propositions doivent être présentées par des universités canadiennes auxquelles le gouvernement provincial reconnaît le pouvoir de décerner des grades, ou leurs établissements affiliés. Il n’est pas nécessaire d’être membre d’Universités Canada.

Q : Quels types d’activités sont comprises dans la notion d’études ou de travail à l’étranger? 

R : L’appel de propositions concerne toutes les activités de mobilité vers l’étranger, qu’il s’agisse de travail ou d’études. Veuillez noter que le programme ne s’adresse qu’aux étudiants au premier cycle. Les expériences de mobilité vers l’étrangerdoivent s’étaler au moins sur une semaine et peuvent être des échanges de courte durée, des études à l’étranger, des échanges ou des études à l’étranger pendant l’été, ou encore des programmes d’études en groupe dirigés par un professeur. Ces expériences doivent être gérées et reconnues par l’établissement postsecondaire canadien.

Q : La « reconnaissance universitaire » prend-elle en compte les expériences figurant sur le relevé parascolaire de l’étudiant ou seulement celles inscrites dans le relevé de notes?

R : Il incombe à l’université canadienne concernée de déterminer les critères de la reconnaissance universitaire. Les expériences de mobilité vers l’étranger reconnues peuvent être celles qui mènent à l’obtention de crédits ou qui figurent d’une autre manière dans le relevé de notes de l’étudiant.

Q : Comment déterminer le montant de la bourse pour une mobilité court terme versus une mobilité d’un semestre? 

R : L’aide financière accordée à chaque étudiant sera déterminée par l’établissement postsecondaire canadien, selon les besoins financiers, la durée et la destination.

Q : Qu’est-ce qui arrive si notre projet est accepté et qu’en fin de compte nous n’atteignons pas le 40% et le 50% demandé? Je crois comprendre que les pourcentages seront calculés sur l’ensemble des projets et non par projet, est-ce bien ça?

R : Le processus de sélection veillera à ce que les cibles de 50 % pour l’aide financière aux étudiants à faible revenu, aux étudiants handicapés et aux étudiants autochtones et de 40 % pour le financement destiné en priorité aux activités dans les pays non traditionnels soient atteintes à l’échelle nationale. Il ne s’agit pas de cibles que chacun des projets est tenu de respecter.

Q : Mon établissement est membre d’Universités Canada et de Collèges et instituts Canada. Puis-je répondre aux deux appels de propositions?

R : Les établissements membres d’Universités Canada ainsi que de Collèges et instituts Canada peuvent bénéficier d’un financement allant jusqu’à 1,6 million de dollars dans le cadre du programme, ce qui comprend le financement reçu d’Universités Canada.

Q : Un étudiant qui doit participer à une expérience de mobilité virtuelle puis à une expérience de mobilité physique est-il considéré comme un seul étudiant ou comme deux aux fins du formulaire de demande et du formulaire budgétaire? 

R : Un étudiant qui doit participer à la fois à une expérience de mobilité virtuelle et à une expérience de mobilité physique est considéré comme deux étudiants (l’un prenant part à une expérience de mobilité virtuelle, l’autre à une expérience de mobilité physique).

Q: Les programmes offerts dans les écoles de droits sont-ils considérés comme étant au niveau du premiere cycle dans le cadre du programme ECM?  

R: Il incombe à chaque université de déterminer si un programme universitaire est considéré comme étant un programme de premier cycle. Les programmes aux cycles supérieurs (programmes de maîtrise, de doctorat et de postdoctorat) ne sont pas admissibles au financement. Veuillez noter que tous les étudiants doivent répondre aux critères d’admissibilité décrits dans la section 2.2 des lignes directrices. De plus, leur participation au programme doit être reconnue sur le plan des études. 

Q : Le financement destiné aux étudiants des groupes cibles (étudiants à faible revenu, étudiants handicapés et étudiants autochtones) peut-il servir à envoyer des étudiants dans des destinations traditionnelles?

R : Bien que nous encouragions la mobilité vers des pays non traditionnels, les étudiants peuvent étudier ou travailler dans n’importe quel pays.

Q : Qu’entendez-vous par « partenariat »? Doit-il s’agir d’un partenariat avec un établissement étranger ou dans le cadre d’un projet à l’échelle internationale?

R : Les partenaires peuvent être entre autres (mais non exclusivement) des établissements postsecondaires, des organisations non gouvernementales, des instituts et des organismes stratégiques, des gouvernements nationaux et locaux, ainsi que des entreprises privées. Au moins un partenaire étranger doit figurer dans les demandes des universités.

Q : Les universités qui souhaitent créer un programme ouvert aux étudiants étrangers peuvent-elles diriger le financement vers les services d’intégration et la gestion de projet (en plus de l’aide financière directe)?

R : Les étudiants étrangers ne sont pas admissibles au financement en vertu du présent programme. L’aide financière doit être destinée à des étudiants au premier cycle qui sont citoyens ou résidents permanents du Canada et inscrits dans une université canadienne reconnue par une province et décernant des grades.

Financement - combien, ce qui est couvert, etc.

Q : Les fonds peuvent-ils être accordés à des campus situés à l’étranger (p. ex. le campus Harlow au Royaume-Uni)?

R : Il incombe à chaque université de déterminer la manière dont les fonds seront accordés, conformément aux paramètres énoncés à la section 2.3 des lignes directrices.

Q : Les frais administratifs et les fonds alloués aux services de soutien intégré peuvent-ils servir à améliorer l’accessibilité sur les campus?

R : Il incombe à chaque université de déterminer la conception de ses projets. Les propositions qui se conforment aux objectifs précisés à la section 1.1 des lignes directrices seront privilégiées par le comité de sélection.

Q : Une portion du financement peut-elle être versée à un partenaire en guise de remerciement pour sa contribution au projet (p. ex. une petite allocation à un professeur étranger qui a donné une partie d’un cours.)?

R : Une allocation versée à un professeur étranger peut être considérée comme un coût admissible si elle contribue directement à la mise en œuvre du projet. Il incombe à chaque établissement de déterminer la meilleure façon d’utiliser les fonds, tout en respectant les paramètres et les coûts admissibles énoncés dans les lignes directrices.

Q : Combien de projets Universités Canada prévoit-elle financer? 

R : En fonction de la qualité et du nombre de propositions, nous prévoyons financer de 50 à 70 projets de mobilité.

Q : Dans le cadre de la mobilité virtuelle, les coûts de fonctionnement peuvent-ils servir à payer le personnel qui appuiera le projet?  

R : Les salaires du personnel qui contribuent directement à la mise en œuvre du programme de mobilité virtuelle peuvent faire partie des coûts de fonctionnement. Il incombe à chaque établissement de déterminer la meilleure façon d’utiliser les fonds selon les paramètres et les coûts admissibles énoncés dans les lignes directrices. 

Q : Quels sont les coûts admissibles pour l’administration du projet ? 

R : Les coûts d’administration peuvent inclure, les coûts directement liés au recrutement des étudiants, les matériels et fournitures, les coûts d’impression et de communication, et tous autres coûts administratifs liés à la mise en œuvre du programme. 

Q : Est-ce qu’il y a des fonds pour des professeurs qui accompagneraient des groupes d’étudiants pour des programmes court terme?

R : Les coûts de déplacement des professeurs, du personnel ou des aînés font partie des coûts admissibles de la catégorie Services d’intégration et mesures de soutien.

Q : Si des étudiants souhaitent voyager avec des personnes à charge, le financement allant jusqu’à 10 000 $ peut-il servir à payer les coûts liés à ces personnes?

R : Le soin des personnes à charge fait partie des coûts admissibles pour la mobilité physique. Veuillez consulter la section 2.3 des lignes directrices pour obtenir des précisions sur les paramètres de financement.

Q : Quels sont les coûts liés à l’administration des projets des universités ainsi qu’aux mesures de soutien et services d’intégration qui peuvent être couverts par le programme ECM?  

R : Les universités canadiennes pourront recevoir jusqu’à dix pour cent du financement total accordé par le programme ECM pour l’administration du projet. Les coûts admissibles comprennent, sans s’y limiter : les coûts directs liés au recrutement des étudiants, les coûts du matériel et des fournitures, les coûts liés à l’impression et aux communications, ainsi que les autres coûts administratifs associés à la mise en œuvre du programme (y compris les salaires du personnel). Elles pourront en outre recevoir jusqu’à dix pour cent du financement total accordé par le programme ECM pour les mesures de soutien et les services d’intégration. Les salaires du personnel directement responsable de la mise en œuvre des mesures de soutien et des services d’intégration peuvent faire partie de cette catégorie.

Q : L’examen des propositions secondaires reposera-t-il sur les fonds restants une fois que les propositions principales auront été financées?

R : Dans le cadre de cet appel de propositions, les établissements sont invités à soumettre une ou deux propositions, soit une proposition principale et une proposition secondaire. Toutes les propositions seront évaluées. Toutefois, les propositions principales le seront en premier. La sélection des propositions s’appuiera sur les critères précisés à la section 2.0 (« Critères des projets ») de l’appel de propositions ainsi que sur la qualité des projets. Dans le cadre du processus de sélection, une attention particulière sera portée à l’équilibre géographique et à la taille des établissements afin d’assurer une distribution équitable entre les universités canadiennes. Le processus de sélection vise à ce que les cibles du programme soient atteintes à l’échelle nationale.

Q : Le montant accordé à l’étudiant peut-il s’ajouter à celui d’autres bourses?

R : D’autres sources de financement peuvent servir à répondre aux besoins des étudiants. Les propositions des universités qui contribuent aux coûts de leur projet seront privilégiées. Il peut s’agir de contributions en nature (aux frais administratifs), de contributions en argent, de dispenses ou de réductions de frais de scolarité, de dépenses universitaires ou encore de frais de subsistance ou de transport, de compensation des émissions de carbone et de contributions financières d’autres sources (partenaires canadiens ou étrangers, entreprises privées, autres organismes de financement ou étudiants).

Q : L’aide financière directe aux étudiants couvre-t-elle les dépenses qui profitent directement aux étudiants ou celles qui visent simplement à leur permettre de participer à une expérience, par exemple, les coûts pour rendre un lieu accessible à un étudiant à mobilité réduite?

R : L’aide financière directe sert à financer les expériences de mobilité physique et virtuelle des étudiants. L’aide financière accordée à chaque étudiant sera déterminée par l’établissement postsecondaire canadien en fonction des besoins. Pour la mobilité physique, l’aide financière peut servir à payer les frais de scolarité des étudiants, les frais de subsistance, le soin des personnes à charge, l’assurance maladie, l’immunisation, le transport et l’hébergement pendant les expériences de mobilité vers l’étranger. Pour la mobilité virtuelle, les fonds peuvent être utilisés pour payer directement la mise en œuvre du programme de mobilité virtuelle, y compris les frais de participation des étudiants, les coûts de fonctionnement, les dépenses liées aux logiciels, la maintenance des systèmes, les frais de connexion, l’équipement et le matériel informatique requis ainsi que les outils favorisant l’inclusion et l’accessibilité (le sous-titrage codé, la traduction, etc.). D’autres dépenses peuvent être admissibles au financement au besoin avec l’approbation écrite d’Universités Canada.

Q : Pourriez-vous accorder un financement partiel à certaines propositions? Par exemple, si un établissement présente une demande de financement de 500 000 $ et que celle-ci est refusée, se pourrait-il qu’une partie du financement soit tout de même accordé (p. ex. 200 000 $)?

R : Les propositions peuvent être acceptées, rejetées, ou encore approuvées sous condition. Il se pourrait que seul le financement de certains éléments d’une proposition soit approuvé.

Q : Les étudiants reçoivent-ils le financement après leur participation au programme de mobilité ou avant leur départ?

R : Il incombe à chaque établissement de déterminer la méthode de versement des fonds aux étudiants. Universités Canada recommande aux établissements de retenir une partie des fonds afin d’encourager les étudiants à satisfaire aux exigences du programme relatives à la production de rapports.

Q : La cible de 50 % pour le financement direct aux groupes d’étudiants ciblés est-elle un pourcentage amorti, ou devons-nous indiquer dans les rapports annuels que 50 % des fonds ont été accordés aux étudiants?

R : Le comité de sélection s’assurera que les cibles du programme sont atteintes à l’échelle nationale. Il ne s’agit pas de cibles que chacun des projets est tenu de respecter.

Q : À quel genre de vérification le financement d’un projet pourrait-il être soumis (aide financière destinée aux étudiants, coûts administratifs, etc.)? Quel genre de preuve ou de documentation pourrait être exigée?

R : Dans le cadre du présent financement, Universités Canada est responsable de la supervision des ententes avec les établissements. Universités Canada et le gouvernement du Canada (par l’entremise d’Universités Canada) ont donc le droit de procéder à la vérification de tout projet. Les universités doivent donc conserver les reçus de certaines dépenses comme les frais de voyage et de subsistance (visas, preuve de voyage, allocation de subsistance, etc.) ainsi que les relevés des contributions en nature. Des précisions sur les relevés et les reçus des dépenses admissibles seront apportées à l’automne 2021 dans les accords de contribution des projets retenus.

Processus de demande et dates importantes

Q : Un établissement qui présente deux projets devra-t-il préparer des demandes séparées pour chaque projet?

R : Oui. Chaque projet doit faire l’objet d’une demande séparée.

Q : Quelle est la date limite pour présenter des propositions?  

R : Les propositions doivent être présentées à Universités Canada par l’intermédiaire de son portail en ligne au plus tard le 30 juin 2021 à 15 h (HE). 

Q : Un appel de propositions dans le cadre de ce programme sera-t-il lancé chaque année?

R : Le financement actuel couvre toute la durée du programme, soit de 2021 à 2025. C’est l’université qui détermine à quelle date les activités d’un projet doivent commencer. Les fonds restants pour des appels de propositions futurs dépendront de la quantité et de la qualité des propositions reçues et sélectionnées dans le cadre du présent appel. Il y aura au moins un autre appel de propositions pour des projets axés sur l’innovation, et possiblement un autre visant les activités liées aux études et au travail à l’étranger. L’échéancier et les critères dépendront du financement restant.

Q : D’après les discussions en cours dans notre établissement, les étudiants seront autorisés à aller étudier ou travailler à l’étranger à partir de l’hiver 2022 seulement. Compte tenu du moment de l’appel de propositions, comment faire pour nous assurer que nos étudiants pourront le faire?  

R : L’appel de propositions de ce printemps concerne des projets pouvant s’étaler au plus sur quatre ans (jusqu’au 31 mars 2025), sachant toutefois que les étudiants commenceront par une expérience de mobilité virtuelle jusqu’à ce qu’ils puissent se rendre à l’étranger en toute sécurité. Chaque établissement est libre de fixer la date à compter de laquelle ses étudiants pourront se rendre à l’étranger, dans le respect des recommandations du gouvernement canadien en matière de voyages. Il revient aussi à chaque université canadienne de déterminer la période à laquelle débutera la mobilité virtuelle ou physique, que ce soit à l’automne 2021, à l’hiver 2022 ou plus tard. 

Q : Les étudiants devront-ils avoir terminé leur expérience à l’étranger en mars 2025 ou doivent-ils commencer leur programme avant cette date? 

R : Conformément à nos obligations contractuelles avec le bailleur de fonds, tous les participants devront avoir terminé leur expérience d’études ou de travail à l’étranger avant le 31 mars 2025. 

Q : Est-ce que la période de financement peut s’étendre au-delà de 2025? 

R : Pendant la période du programme pilote, nous visons à recenser les résultats obtenus pour les présenter rapidement, afin de susciter l’appui à l’égard d’un programme permanent. 

Q : Comment puis-je m’assurer qu’Universités Canada a bien reçu ma proposition?  

R : Universités Canada accuse réception de chaque proposition par un courriel envoyé à partir de l’adresse studentmobility@univcan.ca. Veuillez communiquer avec nous si vous éprouvez des problèmes techniques ou si vous n’avez pas reçu d’accusé de réception par courriel. 

Q : Les professeurs et les membres du personnel de soutien doivent-ils soumettre leurs propres propositions, OU toutes les propositions doivent-elles émaner d’un seul bureau?  

R : Il incombe à l’université canadienne de décider si les professeurs et les membres du personnel doivent soumettre leurs propres propositions ou si toutes les propositions doivent émaner d’un seul bureau. 

Q : Une même demande peut-elle viser les deux objectifs ou sera-t-elle considérée de qualité plus élevée si elle met l’accent sur l’un des trois groupes cibles OU sur la diversité des destinations? 

R : Il incombe à chaque établissement de déterminer la conception de leurs projets. Le programme peut intégrer une variété de projets visant à soutenir diverses activités. Les activités de chaque projet doivent avoir un certain lien entre elles. Elles doivent également contribuer à la réalisation des objectifs et des résultats attendus du programme. Veuillez consulter la section 1.3 des lignes directrices pour obtenir des précisions. 

Q : Pouvons-nous indiquer quels sont les partenaires après avoir soumis notre demande? 

R : Au moins un partenaire étranger doit figurer dans le formulaire de demande des universités. Celles-ci peuvent profiter de l’occasion pour renforcer leurs partenariats au Canada ou à l’étranger, ou en nouer de nouveaux. De nouveaux partenaires peuvent se joindre au projet pendant toute la durée du programme pilote.  

Q : Quels documents devons-nous fournir pour démontrer la solidité du partenariat? 

R : Il peut s’agir de lettres des partenaires confirmant le partenariat ou de tout autre document démontrant la solidité du partenariat. Nous reconnaissons qu’il n’est pas possible de fournir ce type de document pour tous les partenaires. De nouveaux partenaires peuvent se joindre au projet pendant toute la durée du programme pilote. 

Terminologie / Définition Nouveau

Mobilité physique 

La mobilité physique désigne les expériences de mobilité vers l’étranger qui exigent que l’étudiant se déplace vers sa destination d’études ou de travail. Veuillez noter que les expériences de mobilité physique vers d’autres régions du Canada ne sont pas admissibles au financement.

Étudiant au premier cycle
« Étudiant au premier cycle » signifie inscrit à un programme menant à l’obtention d’un grade de premier cycle. Les programmes techniques, appliqués ou menant à un diplôme n’en font pas partie.

Partenariat 

Les partenaires peuvent être entre autres (mais non exclusivement) des établissements postsecondaires, des organisations non gouvernementales, des instituts et des organismes stratégiques, des gouvernements nationaux et locaux, ainsi que des entreprises privées. Au moins un partenaire étranger doit figurer dans les demandes des universités. 

La mobilité virtuelle 

La mobilité étudiante virtuelle utilise les technologies de l’information et des communications pour faciliter les échanges et la collaboration savante, culturelle et expérientielle entre les pays ou les établissements. Elle peut inclure l’apprentissage collaboratif international en ligne avec des établissements partenaires, l’apprentissage international en ligne, des programmes dirigés par des professeurs, des stages d’observation et des stages pratiques auprès d’organisations étrangères et des expériences d’apprentissage intégré au travail.  

Les projets peuvent inclure une mobilité virtuelle et physique, ou uniquement une mobilité physique. Les établissements devront se limiter aux expériences virtuelles en attendant que le gouvernement fédéral lève les restrictions sur les voyages internationaux et tant que les conditions de voyage à l’étranger ne seront pas sécuritaires. Il est possible de soumettre un projet incluant uniquement une mobilité physique dont les activités débuteront à la reprise des voyages internationaux. Tous les projets doivent inclure une mobilité physique. Les projets limités à la mobilité virtuelle ne sont pas admissibles. 

Modèle logique 

Le modèle logique est un outil qui sert à analyser et à mesurer les résultats du programme. Il est présenté à l’annexe A des lignes directrices. Toutes les activités du projet doivent contribuer à la réalisation des objectifs et des résultats attendus du programme selon ce modèle. 

Faible revenu  

Aux fins du programme, les étudiants à faible revenu sont ceux qui reçoivent les Bourses d’études canadiennes ou toute autre forme d’aide financière aux étudiants non remboursable offerte par les provinces ou les territoires, ou ceux qui ne reçoivent pas d’aide financière aux étudiants non remboursables, mais qui sont en mesure de fournir de l’information démontrant qu’ils auraient besoin de soutien financier pour pouvoir étudier ou travailler à l’étranger.

Consortiums

Q : Mon établissement peut-il demander du financement à titre individuel et en tant que membre d’un consortium? 

R : Une université canadienne peut soumettre jusqu’à deux propositions à titre individuel et (ou) en tant que membre d’un consortium. Dans ce dernier cas, le consortium en question doit regrouper au moins deux établissements postsecondaires canadiens. 

Q : Pour les consortiums, le financement de 800 000 $ est-il accordé pour chaque établissement membre ou pour l’ensemble du consortium? 

R : Les propositions présentées à titre de membre d’un consortium peuvent viser l’obtention d’un financement maximal de 800 000 $ par projet (c.-à-d. par consortium) d’une durée maximale de quatre ans. La gestion des fonds au sein du consortium est laissée à la discrétion de l’université canadienne. 

Projets du volet axé sur l’innovation

En raison de la pandémie de COVID-19, la première phase du programme était axée sur l’innovation afin de permettre aux établissements de mettre à l’essai de nouveaux outils et de nouvelles démarches, d’adapter leurs programmes de mobilité à la situation relative à la pandémie de COVID-19, et d’établir les bases du programme complet.

Veuillez trouver la liste des projets financés dans le cadre du volet axé sur l’innovation en 2021-2022.

Renseignements 

 Pour toute question sur le programme, veuillez écrire à mobiliteetudiante@univcan.ca. 

  

Ressources supplémentaires  

 Stratégie du Canada en matière d’éducation internationale (2019-2024)  

Groupe consultatif

Universités Canada et CICan collaborent étroitement avec plusieurs intervenants pour concevoir et mettre en œuvre le programme ECM, et ont créé un groupe consultatif formé de dirigeants et d’experts des milieux de l’éducation et des affaires ainsi que de la société civile pour donner des conseils et une orientation stratégique sur la conception et la mise en œuvre du programme. En plus d’orienter diverses questions politiques et stratégiques, les membres du Groupe agissent comme ambassadeurs du programme pour le faire connaître et l’appuyer au sein de leurs réseaux.

Membres du groupe consultatif

Le très honorable David Johnston, président du conseil d’administration, Fondation Rideau Hall (président)

John Baker, président-directeur général, D2L

Perrin Beatty, président-directeur général, Chambre de commerce du Canada

Larissa Bezo, présidente et chef de la direction, Bureau canadien de l’éducation internationale

Margaret Biggs, titulaire de la chaire de recherche Matthews en politiques publiques mondiales, Queen’s University

Tabatha Bull, résidente et PDG, Conseil canadien pour l’entreprise autochtone

Seren Friskie, représentante étudiante, Thompson Rivers University et Douglas College; adjointe de recherche, Association canadienne pour la santé mentale

Zabeen Hirji, conseillère à l’échelle mondiale, L’avenir du travail

Sue Paish, chef de la direction, Supergrappe des technologies numériques du Canada

Christian Paradis, vice-président principal, Développement stratégique, Services de sécurité, GardaWorld

Ian Smith, chef de la direction, Clearwater Seafoods

Elizabeth Kwann, recherche en chef, Congrès du travail du Canada

Ce programme est financé par le gouvernement du Canada par le biais du programme pilote de mobilité étudiante vers l’étranger.

Logo du Gouvernement du Canada avec la feuille d'érable.Miser sur le succès : la Stratégie en matière d’éducation internationale (2019-2024)

Universités Canada