Mission de recteurs canadiens au Mexique

Éducation mondiale et collaboration en matière de recherche

Le Canada et le Mexique entretiennent une relation étroite et fructueuse et sont des partenaires stratégiques en Amérique et dans le monde. Alors que le gouvernement canadien tente de resserrer ses liens économiques et diplomatiques avec le Mexique, les universités peuvent y contribuer de façon importante.

Du 22 au 25 mai, des recteurs et de hauts dirigeants d’organismes subventionnaires de la recherche du Canada ont rencontré leurs homologues mexicains pour faire en sorte d’accroître les échanges d’étudiants et renforcer la collaboration internationale en matière de recherche entre les deux pays.

Photos de la mission

Deux rectrices souriantes.

Galerie de photos

Articles parus dans les médias

Les compétences mondiales sont de plus en plus recherchées. […] Nos jeunes doivent passer davantage de temps à l’étranger et interagir avec le monde.

Pourquoi le Mexique?

Le Mexique compte. De fait, il est l’un des plus importants partenaires commerciaux et diplomatiques du Canada. Les partenariats en enseignement supérieur et en recherche avec le Mexique renforcent et élargissent cette précieuse relation.

Les études à l’étranger et les expériences de recherche bilatérales permettent aux étudiants des deux pays d’acquérir des compétences professionnelles et linguistiques très utiles sur le marché du travail nord-américain et mondial; des compétences qui aident les étudiants d’aujourd’hui à atteindre leur plein potentiel dans l’économie mondiale en rapide évolution.

La mission a permis aussi de renforcer la collaboration en matière de recherche dans des domaines prioritaires pour les deux pays comme l’urbanisation, les affaires, la santé, les technologies numériques, l’éducation des Autochtones et l’environnement.

Objectifs de la mission

Nos universités mettent le talent canadien en relation avec le reste du monde. Elles contribuent ainsi à rehausser l’image de notre pays sur la scène internationale et à présenter le Canada comme pays ouvert, diversifié et accueillant pour étudier et collaborer à la recherche et à l’innovation. La mission avait entre autres pour objectifs :

  • d’accroître la mobilité bidirectionnelle du talent et la collaboration en matière de recherche;
  • de renforcer la position du Canada en tant que pôle d’attraction du talent;
  • de permettre aux universités canadiennes qui n’ont jamais pu le faire, de collaborer avec le Mexique.

La mobilité étudiante en chiffres

  • 11 %
    vont étudier à l’étranger

    Environ 11 pour cent des étudiants canadiens vivent une expérience de mobilité internationale pendant leurs études au premier cycle en faisant, par exemple, un échange, un stage de travail, un stage coopératif ou du bénévolat.

    Source : National Survey Student Engagement, 2015 et 2016.
  • 70 %
    des étudiants voient le coût comme un obstacle

    Les étudiants feraient des études à l'étranger si elles étaient abordables et intégrées à leurs programmes d'études.

    Source : Enquête d’Academica Group auprès de 1 400 étudiants, Why don’t more Canadian students study abroad?, 2016.
  • 16 %
    plus de Mexicains titulaires d’un permis d’études

    En 2017, 6 920 Mexicains détenaient un permis d’études au Canada valide pour au moins six mois. Entre 2016 et 2017, le nombre de titulaires mexicains de permis d’études, tous niveaux confondus, a augmenté de 16 pour cent.

    Source : Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, Titulaires de permis d’études ayant un permis valide en date du 31 décembre selon le pays de citoyenneté, Licence du gouvernement ouvert – Canada.
  • 15,5 G$
    en retombées économiques

    En 2016, les étudiants étrangers ainsi que leurs familles et amis de passage ont dépensé 15,5 milliards de dollars en frais de scolarité et d’hébergement et en dépenses diverses – plus que ce que représentent les exportations de pièces d’automobile, de bois d’œuvre et d’aéronefs.

    Source : Affaires mondiales Canada, Impact économique de l’éducation internationale au Canada – Mise à jour 2017, Gouvernement du Canada.
  • 169 k
    emplois au Canada

    En 2016, les étudiants étrangers au Canada ont aidé à préserver 169 000 emplois dans l’ensemble du pays et ont généré des retombées de 2,8 milliards de dollars en revenus fiscaux pour tous les ordres de gouvernement.

    Source : Impact économique de l’éducation internationale au Canada – Mise à jour 2017.
  • 23 %
    moins de chômage chez les étudiants du programme Erasmus

    Cinq ans après avoir obtenu leur diplôme, les étudiants du programme Erasmus de l’Union européenne affichaient un taux de chômage de 23 pour cent inférieur à celui des étudiants qui n’avaient pas participé à un programme de mobilité. Leurs compétences préalables à l’emploi étaient supérieures à celles de 70 pour cent des étudiants.

    Source : The Erasmus Impact Study, Effects of mobility on the skills and employability of students and the internationalisation of higher education institutions, Commission européenne, 2014.

À consulter

Participants

École nationale d’administration publiques
Guy Laforest
Directeur général

Lakehead University
Moira McPherson
Rectrice par intérim

NSCAD University
Dianne Taylor-Gearing
Rectrice

Royal Roads University
Allan Cahoon
Recteur

St. Francis Xavier University
Kent MacDonald
President

Université du Québec à Montréal
Magda Fusaro
Rectrice

Université du Québec en Outaouais
Denis Harrisson
Recteur

University of Calgary
Elizabeth Cannon
Rectrice

Organisation universitaire interaméricaine
David Julien
Secrétaire général exécutif

Mitacs
Alejandro Adem
Chef de la direction et directeur scientifique

Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Mario Pinto
Président

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada
Ted Hewitt
Président

Demandes des médias

Nadine Robitaille
Gestionnaire des communications
613-563-3961, poste 306
nrobitaille@univcan.ca

Universités Canada