Se propulser vers un avenir meilleur

14 février 2022
News

Les 8 et 9 février derniers, Universités Canada a accueilli plus de 170 participants lors d’une activité spéciale intitulée « Propulsion ». Des individus de tous les secteurs et de partout au Canada se sont réunis virtuellement pour discuter de l’avenir du Canada et de l’audace dont il faut faire preuve pour améliorer l’inclusivité, la viabilité et la prospérité du pays.

Préparer le Canada aux éventuelles crises sanitaires

Les participants ont eu l’occasion d’entendre Pieter Cullis, physicien et biochimiste de la University of British Columbia ainsi que lauréat de prestigieux prix internationaux pour ses travaux relatifs à la conception de la technologie d’encapsulation essentielle à la réussite des vaccins à ARNm. En plus de résumer ses quarante ans de carrière en recherche, il a évoqué l’utilisation de cette technologie pour éradiquer d’autres maladies, comme le VIH, le cancer ou la malaria.

« Lorsqu’on peut entrevoir la possibilité de concevoir un nouveau médicament qui pourrait contrer un cancer, une maladie rare ou encore un virus contagieux comme celui de la COVID‑19, il y a une réelle motivation, c’est un processus très enthousiasmant. » – Pieter Cullis, professeur de biochimie et de biologie moléculaire

La manière dont l’innovation et l’éducation transforment le monde

Les leaders du milieu des affaires réunis à l’occasion de ce panel se sont accordés sur l’importance de créer une culture de l’innovation. Pour ce faire et pour sortir du moule, il faut prendre des risques, cibler les priorités et faire preuve d’imagination.

« Oser rêver différemment demande beaucoup de courage. Nous devons repérer ceux qui prennent des risques, et avoir le cran de leur dire qu’ils peuvent compter sur nous, que nous croyons en eux. » – Maayan Ziv, fondatrice et présidente-directrice générale d’AccessNow

La discussion a aussi porté sur l’importance de ne pas perdre de vue l’enjeu de l’inclusivité lors de la transformation du pays. Si les technologies numériques ont amélioré l’accessibilité à certains égards, elles ont également engendré de nouveaux obstacles, entre autres pour les membres de collectivités rurales et autochtones, dont l’accès à Internet est limité.

« C’est vrai que nous devons accélérer, mais nous devons suivre ce qu’on appelle communément la vitesse de la confiance. Il y a un équilibre très délicat à respecter entre la rapidité à laquelle nous faisons les choses et la manière dont nous les faisons. Il faut s’assurer d’établir des partenariats collaboratifs fondés sur la confiance et protéger la souveraineté des peuples autochtones et celle de leurs entreprises. » – Tabatha Bull, présidente et chef de la direction du Conseil canadien pour l’entreprise autochtone

Une conversation pour un avenir meilleur

Deux anciennes politiciennes ont pris part à l’activité, soit Lisa Raitt, ancienne chef adjointe de l’opposition officielle, et l’honorable Anne A. McLellan, ancienne vice-première ministre du Canada. Les coprésidentes de la Coalition pour un avenir meilleur ont insisté sur la mise en place d’un plan ambitieux et audacieux pour favoriser une croissance économique inclusive et viable.

« C’est une des choses les plus importantes : la diversité des organisations qui se sont manifestées pour faire partie de cette initiative axée sur la croissance économique. » – Anne A. McLellan, ancienne vice-première ministre du Canada

La course vers la carboneutralité

Les changements climatiques sont l’un des plus grands défis mondiaux actuels. Katharine Hayhoe, expert en climat, et John Stackhouse, de la RBC, ont expliqué que pour résoudre cette problématique, il faut que les individus retrouvent l’espoir et qu’ils ne se sentent pas impuissants. Les universités sont bien placées pour les aider, en intégrant des leçons sur le climat dans tous les domaines d’études. De plus, la recherche menée par les universités sera cruciale au développement des solutions qui permettront de préserver la planète.

« Nous devons mobiliser tous les domaines d’expertise, le talent, les compétences et les capacités que nous avons à notre disposition pour surmonter la crise climatique. » – Katharine Hayhoe, scientifique en chef au Nature Conservancy

Investir dans le Canada, un chef de file mondial

La pandémie a révélé au grand jour certains enjeux sociétaux, comme l’équité sociale et la santé. Les panélistes se sont entendus pour dire qu’il s’agit d’un moment propice pour se pencher sur ces défis et repenser notre approche. Lors de la discussion, l’idée de faire preuve d’audace est ressortie fréquemment, tout comme l’importance de faire des investissements judicieux et de demeurer souple.

Pour un complément d’information sur cette activité, veuillez consulter la page Web de « Propulsion ».

Tagged:  Développement durable, Éducation des Autochtones, Équité, diversité et inclusion, Nouvelles d'Universités Canada, Recherche et innovation

À propos d’Universités Canada
Porte-parole des universités canadiennes au Canada et à l’étranger, Universités Canada fait la promotion de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au profit de tous les Canadiens.

Personne-ressource :

Lisa Wallace
Gestionnaire des communications
Universités Canada
communications@univcan.ca

← Previous
Célébrons le Répertoire des universités canadiennes
Next →
Propulsion 2022 : discours de Meric Gertler, président du conseil d’administration

Related news

Universities Canada