Université McGill : études au premier cycle

L’éducation ergonomique

Un aménagement novateur transforme la chimie au premier cycle à l’Université McGill

L’innovation n’est pas toujours une question de technologie. Lorsqu’est venu le temps de rénover plus de 900 mètres carrés d’espace utilisé pour les cours de chimie au premier cycle à McGill, un aménagement et un concept novateurs ont permis de transformer les locaux et le déroulement des cours. Le nouveau laboratoire multiniveau permet une efficacité maximale, réduit les coûts liés au matériel et, surtout, favorise un apprentissage interactif et participatif.

Bruce Lennox, qui a participé au projet, explique qu’il était grand temps de renouveler la conception des laboratoires; plus de 1 200 étudiants les utilisent chaque trimestre.

« Nos anciennes installations étaient conçues pour enseigner la chimie comme on le faisait en 1965, explique-t-il. Leur capacité était insuffisante, mais surtout, elles ne permettaient pas d’innover en enseignement. L’un des laboratoires ne comportait aucun équipement pour manipuler les produits chimiques, pas de hottes. On aurait pu faire davantage à la maison, avec une cuisinière munie d’une hotte. »

M. Lennox précise que l’Université McGill souhaitait se doter d’installations équipées non seulement pour les besoins d’aujourd’hui, mais qui seraient encore utiles aux étudiants au premier cycle dans 40 ans.

Créer une dynamique de groupe

Les anciens laboratoires de chimie étaient dotés de longs bancs où les étudiants travaillaient individuellement.

« C’était un peu comme participer à une réunion où tout le monde serait assis face au mur plutôt qu’autour d’une table, explique M. Lennox. Maintenant, nous avons des îlots pouvant accueillir jusqu’à six étudiants, qui discutent et interagissent entre eux. »

La nouvelle disposition favorise le travail d’équipe, le soutien au groupe et l’apprentissage entre pairs, selon l’assistante à l’enseignement Amani Hariri.

« Au lieu d’intervenir auprès d’un étudiant à la fois, je peux expliquer un concept à tous les étudiants à une même table, affirme Mme Hariri. Plutôt que de simplement leur dire quoi faire, je surveille le processus pendant qu’ils s’entraident. »

Elle trouve cela beaucoup plus efficace. « L’an dernier, je m’occupais de 16 étudiants et j’étais épuisée parce qu’il fallait que je supervise chaque étudiant individuellement. Ce trimestre, j’accompagne près de 30 étudiants et c’est beaucoup plus facile. »

Le nouvel aménagement permet également de mener un éventail d’expériences simultanément, les étudiants se déplaçant de station en station. Auparavant, les étudiants réalisaient la même expérience en même temps, ce qui nécessitait beaucoup de mises en place.

« Puisqu’une seule plaque chauffante coûte 600 $, s’il faut en remplacer 180, il faut pratiquement demander une subvention », explique M. Lennox, illustrant l’inefficacité des anciennes installations. Grâce à un système de rotation, il est désormais possible d’effectuer simultanément quatre mises en place et même plus. Le nouvel aménagement ne requiert donc que 25 pour cent de matériel, ce qui permet de réduire les coûts.

Résultats rapides

Bien que le nouveau laboratoire n’ait ouvert ses portes qu’en octobre dernier, M. Lennox souligne que la réaction des étudiants est « formidable », particulièrement chez ceux qui ont suivi un cours d’introduction dans l’ancien laboratoire l’an dernier. En plus d’être emballés par les nouvelles installations, ils apprennent mieux.

« Nous avons pu observer de visu la collaboration entre les étudiants, et la façon dont ils peuvent mettre en commun leurs résultats s’est améliorée », explique M. Lennox.

Puisque le nouvel aménagement est facile à reproduire, il espère que cette innovation en matière de conception donnera l’exemple partout au pays.

« L’innovation découle entièrement du concept, dont le mérite revient aux architectes responsables du projet. Il reste de légers ajustements à faire, mais en cas d’installation d’un nouveau laboratoire, il n’y a aucune raison de ne pas reproduire ce plan à l’identique. »

Universities Canada